16 sept. 2011 - 18 sept. 2013 Michel LUCAS

Une nouvelle typologie fonctionnelle pour les exploitations wallonnes

La Wallonie est divisée en 10 régions agricoles, présentant des caractéristiques qui leur sont propres, qui ont conditionné l'agriculture au cours des ans.

Une nouvelle typologie fonctionnelle pour les exploitations wallonnes
La Wallonie est divisée en 10 régions agricoles, présentant des caractéristiques qui leur sont propres, qui ont conditionné l'agriculture au cours des ans.  Une typologie basée sur les orientations technico-économiques (OTEX) des exploitations wallonnes existe mais elle reflète assez mal les différences de fonctionnement entre ces régions.  Or ces différences vont conduire à des performances économiques mais également environnementales et sociales contrastées. Des typologies plus fonctionnelles sont donc nécessaires.

 

Dans ce contexte, la typologie développée par l'Institut de l'Elevage pour des systèmes céréaliers, laitiers et allaitants a été adaptée aux contextes wallon et luxembourgeois. Ainsi les clés « VIANDE-CULTURE » et « LAIT » des régions Lorraines et Champagne-Ardenne ont été complétées avec sept nouveaux types tenant compte des spécificités des exploitations wallonnes caractérisées par des chargements et des niveaux d'intensification plus importants.

 

Dans le cadre du projet ‘OPTENERGES', cette typologie doit permettre de souligner les types majoritaires afin d'identifier, au sein de chacun d'eux, la diversité des pratiques mobilisées et leur impact sur le bilan énergétique ainsi que sur les émissions de gaz à effet de serre. Ultérieurement, cette typologie permettra également d'extrapoler les résultats obtenus à l'échelle de l'exploitation à celle de l'ensemble du territoire étudié. En ce qui concerne le projet ‘DAIRYMAN', le développement d'une typologie s'est avéré nécessaire afin de mettre en place un réseau d'exploitations pilotes représentatif de la diversité des exploitations laitières présentes au sein du territoire wallon afin de développer une méthode généralisable d'amélioration continue des performances économiques et environnementales de ces exploitations.

 

Ce sont 12 395 exploitations, soit près de 75% des exploitations wallonnes, qui ont été classées en 42 types regroupés en 18 grands types. Il ressort clairement que la Wallonie a vocation d'élevage avec 74% des exploitations spécialisées dans ce domaine. Bien que majoritaires, les exploitations allaitantes occupent une surface agricole utile (SAU) plus faible que les autres catégories proportionnellement au nombre d'exploitations totales, ne couvrant que 28% de la superficie. En effet, 70% des exploitations de cette catégorie sont des petites structures (PS) dont la taille moyenne est de 15 ha. Les exploitations laitières occupent 36% de la superficie, alors que les exploitations céréalières et mixtes occupent, respectivement, 18 et 20% de la SAU typée. Le type majoritairement représenté est le type « PS » qui représente à lui seul 1/3 des exploitations typées en Wallonie mais ne couvre à peine que 10% de la SAU typée. Ce type demande un travail supplémentaire afin d'identifier la variabilité et les alternatives mises en place par les PS.

L'importance relative des types est fonction des régions agricoles considérées, leurs conditions pédoclimatiques influencant le type d'activité agricole qui s'y développe.

Cette étude a pu être menée grâce aux soutiens de la Wallonie et du FEDER dans le cadre des projets INTERREG IV A - Grande Région ‘OPTENERGES', et INTERREG IV B NWE ‘DAIRYMAN'. Les auteurs tiennent à remercier la DGSIE et la DGARNE pour la mise à disposition des données ayant permis de conduire cette étude.

Mise à jour 16 septembre 2011