8 décembre 2014 Jean-Pierre GOFFART

19ème édition de la Conférence triennale de l’EAPR (Association Européenne pour la Recherche sur la Pomme de terre)

Du 6 au 11 juillet 2014 à Bruxelles, le CRA-W en collaboration avec les partenaires R&D du secteur de la pomme de terre en Belgique a organisé la 19ème édition de la Conférence triennale de l’EAPR (Association Européenne pour la Recherche sur la Pomme de terre). Le fil conducteur était la durabilité de la culture de la pomme de terre et de son industrie, une dimension essentielle tant d’un point de vue économique et environnemental qu’en matière de sécurité alimentaire au niveau mondial. La filière de la transformation est très développée au sein du bassin de production d’Europe de l’Ouest, et particulièrement en Belgique, ce pays occupant actuellement la première place mondiale pour l’exportation de produits surgelés à base de pomme de terre.

19ème édition de la Conférence triennale de l’EAPR (Association Européenne pour la Recherche sur la Pomme de terre)

Les thématiques scientifiques portaient sur tous les aspects de la production et de la commercialisation de la pomme de terre, avec une attention particulière sur les connaissances les plus récentes en matière de techniques durables et innovantes. Les avancées récentes en génomique et sélection ont été largement présentées, et ont constitué, avec les thématiques maladies et protection de la culture, plus de la moitié des contributions orales et sous forme de posters. Les avancées récentes en agronomie, physiologie et production de plants ont également été détaillées (20 % des contributions), ainsi que les derniers développements en matière de post-récolte, conservation, qualité et valeur nutritionnelle des tubercules (15 % des contributions). Les développements pour des thématiques plus récentes en pomme de terre ont aussi été abordés : agriculture de précision, lutte biologique contre les maladies et ravageurs, socio-économie de la pomme de terre, place de la pomme de terre dans la sécurité alimentaire mondiale, et la dimension essentielle de la connexion entre la recherche et les besoins des producteurs (représentant quelque 10 % des communications).

Un éventail organisationnel étoffé et une très bonne représentation mondiale.

Pour couvrir ces thématiques, le programme de la conférence a été structuré autour de 14 exposés pléniers donnés par des orateurs experts internationaux, 131 communications orales regroupées au sein de 22 sessions scientifiques parallèles, 6 mini-workshops thématiques, une session permanente de 172 posters, ainsi que 6 excursions scientifiques et culturelles à travers la zone de production de la pomme de terre en Belgique.

Les 410 participants (dont 373 délégués scientifiques) issus de 56 pays différents venaient très majoritairement d’Europe (80 %), mais également d’Amérique du Nord (5 %), d’Afrique (5 %), d’Asie (5 %), d’Amérique latine (4 %) et d’Océanie (1 %). Des délégations officielles des associations suivantes étaient également présentes : APA (African Potato Association, dont son président le Dr Endale Gebre), PAA (Potato Association of America, dont sa présidente le Prof. Nora Olsen) et ALAP (Asociacion Latinoamericana de la Papa). La présence d’une délégation de 14 scientifiques du CIP (International Potato Center, sous la houlette du Dr André Devaux) a été très appréciée et a contribué à l’internationalisation de la conférence. Parmi les participants européens, issus de 27 pays, le top 5 était occupé par la Belgique (19 %), les Pays-Bas (11 %), la France (9 %), l’Allemagne (7 %) et le Royaume-Uni (7 %). Durant cette conférence, les trois “Best Poster Award” ont été attribués à R. Thieme (premier prix) et K. Rudack (deuxième prix) du Julius Khün Institute en Allemagne pour leurs travaux respectifs sur le doryphore et la résistance à la sécheresse. Le troisième prix a été attribué à A. Beury-Cirou de la Sipre en France pour sa contribution avec le CNRS et la RD3PT sur le biocontrôle, incluant l’évaluation d’agents de lutte biologiques en serre et au champ contre les agents bactériens de la jambe noire et de la pourriture humide.

Un budget conséquent mais en équilibre au final

Le budget global du Congrès a été de 265.000 euros. Ce budget en équilibre a été couvert pour 85.000 euros par des subsides publics (25.000 euros) et des sponsorings privés (60.000 euros), et pour 180.000 euros par les frais d’inscription des participants.

Passage de relais entre la Belgique et la France.

A l’occasion du diner de gala, cette conférence a vu l’investiture pour trois ans du nouveau président de l’EAPR, Mr Michel Martin (Arvalis-Institut du végétal, France) qui, selon la tradition de l’association, a reçu un chapeau folklorique traditionnel (en l’occurrence de Gille de Binche) du pays du président sortant, Mr Jean-Pierre Goffart. Il revient dès lors à la France d’organiser en 2017 la 20e édition de la conférence triennale de l’EAPR.

Les informations détaillées sur le programme de cette conférence restent accessibles sur le site www.eapr2014.be. Les articles complets des lectures plénières et les comptes rendus des Workshops seront publiés fin 2014 dans un numéro spécial du journal scientifique de l’EAPR, Potato Research. ❚

Mise à jour 15 décembre 2016