4 mars 2019 Sophie SCHMITZ

Chancre coloré du platane : mieux vaut prévenir que guérir !

Le 3 décembre dernier, une cinquantaine d’arboristes et gestionnaires d’arbres d’alignement étaient réunis au CRA-W pour une après-midi d’information sur le thème « Le platane, problèmes sanitaires d’aujourd’hui et de demain ».

Chancre coloré du platane : mieux vaut prévenir que guérir !

Les participants ont pu bénéficier de l’expérience de l’arboriste-conseil Francis Maire dans la gestion du chancre coloré du platane dans le Sud de la France. Cette maladie originaire d’Amérique du Nord est causée par le champignon pathogène vasculaire Ceratocystis platani. Introduite en Europe à la fin de la seconde guerre mondiale, elle est aujourd’hui responsable de dommages importants dans différents pays européens dont l’Italie, la Suisse ou la Grèce. En France, la maladie a conduit à l’abattage de plusieurs milliers de platanes le long du canal du Midi. En cas d’infection, C. platani provoque d’abord la formation de nécroses discrètes au niveau de l’écorce du tronc et des branches des platanes. Suite au dysfonctionnement des tissus vasculaires, le champignon peut ensuite occasionner des dessèchements brutaux de branches. L’utilisation d’outils contaminés joue un rôle important dans la transmission de la maladie.

Dans le cadre du projet FUNGIFOR, le CRA-W a mené une surveillance du chancre coloré du platane en Belgique en collaboration avec le PCS (Proefcentrum voor Sierteelt). C. platani n’a été détecté dans aucun des 78 sites visités en 2016 et 2017. Une analyse du risque d’introduction de ce champignon pathogène en Belgique a également été réalisée dans le cadre du projet. Celle-ci démontre que le risque d’introduction repose principalement sur les opérations de taille de nos platanes qui sont souvent effectuées par des sociétés privées exerçant également leurs activités dans des pays déjà touchés par la maladie. Elle met par ailleurs en évidence un risque d’autant plus important qu’aucune obligation relative à la désinfection des outils de taille n’apparaît généralement dans les cahiers des charges émis par nos villes et communes.

L’après-midi d’information a dès lors donné lieu à un débat concernant les bonnes pratiques visant à éviter l’introduction du chancre coloré du platane en Belgique. La nécessaire vigilance afin de détecter au plus vite une éventuelle infection a également été soulignée.

En cas d’observation de symptômes suspects, le Guichet Consultation du CRA-W peut être contacté pour la réalisation d’une analyse ciblant spécifiquement C. platani. Une fiche décrivant les symptômes et la biologie de ce champignon pathogène ainsi que la méthode de collecte d’échantillons peut être obtenue sur simple demande.

 

Projet FUNGIFOR : financement SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement.

Mise à jour 4 mars 2019