Vers un outil d’aide à la décision pour empêcher les pollutions des eaux par les produits phytopharmaceutiques
16 nov. 2017 - 16 nov. 2020 Alexandre MAUGNARD
outil d'aide à la décision Produits phytopharmaceutiques CRAW-info eau AOD

Il est bientôt possible de définir les zones à risque de transfert de produits phytopharmaceutiques (PPPs) via les eaux de ruissellement et de percolation au moyen d’indicateurs simplifiés et ainsi d’éviter les pollutions des cours d’eau et des nappes phréatiques.


Ces indicateurs serviront à la mise au point d’un outil d’aide à la décision (OAD) qui permettra en fonction du contexte environnemental d’une parcelle agricole de mieux choisir le produit à appliquer, la date d’application ou encore de tenir compte des conditions météorologiques. Cela permettra d’éviter la pollution des eaux de surface ou souterraine qui peut être à l’origine d’importantes perturbations au niveau des écosystèmes aquatiques mais qui peut également rendre l’eau inutilisable du point de vue de la consommation.

Pour pouvoir mettre au point un tel OAD, la première étape consiste à simplifier les modèles complexes de transfert des PPPs. En effet, ce type de modèle nécessite une expertise importante pour leur utilisation mais également de nombreuses données d’entrée qui sont bien souvent indisponibles à l'échelle régionale. De plus, de tels modèles mobilisent des ressources informatiques importantes. Les indicateurs sont quant à eux plus faciles à mettre en œuvre et plus rapides à exécuter. Ils permettent de générer des informations qualitatives qui peuvent être utilisées en tant qu'OAD par les conseillers agricoles ou les agriculteurs eux-mêmes.

Pour les eaux de surface, un indice de connectivité a donc été développé et comparé avec un modèle plus complexe (SWAT). Les résultats montrent que l’indice de connectivité permet d’évaluer de manière fiable les zones à risque de transfert de PPPs à l’échelle de bassins versants agricoles. De même, l'indicateur modifié DRASTIC utilisé pour discriminer les parcelles les plus à risque en termes de transfert souterrain de PPPs dans une aire d’alimentation de captage montre des résultats  similaires à des modèles spécialisés plus complexes (GeoPEARL, MetaPEARL).

Ces indicateurs ont été intégrés à un prototype d’OAD qui permet de comparer différents scénarios d’usage des PPPs et de guider l’utilisateur vers la stratégie la plus favorable au maintien de la qualité des ressources en eau. Avant sa mise en œuvre, d’ici 3 ans, à l’échelle de la Wallonie, les futurs développements de l’OAD consisteront à maximiser la validation des indicateurs, à intégrer le plus grand nombre de scénarios d’usage des PPPs et à faciliter l’utilisation de l’OAD pour le rendre accessible au plus grand nombre.

Photo Sébastien Champion - Naturimages


Mise à jour 21 nov. 2017