Vers une coordination de la Lutte Intégrée en Europe ?
20 avril 2015 Jean-Pierre JANSEN
article

La lutte intégrée se voit dotée d’un nouvel outil européen : le consortium lC-IPM Era-net dans lequel le CRA-W représente la Wallonie. Ce consortium rassemble 21 pays communautaires et extracommunautaires.


Dans de nombreux pays européens, la production intégrée, système de production jugé plus respectueux de l’environnement et de la santé humaine, se développe progressivement depuis de nombreuses années. Certaines filières de production intégrée sont déjà bien implantées et ont pratiquement supplanté la production traditionnelle. Pour beaucoup d’autres filières, faute de connaissances scientifiques suffisantes, de services d’encadrement disponibles aux producteurs, de formations ou encore de débouchés pour la production, les systèmes de production intégrés ont du mal à s’imposer.  

Afin de promouvoir le développement de la recherche et des services en production intégrée, 21 pays européens ont décidé d’associer leurs efforts au sein d’un consortium ERA-Net, financé par l’UEet les partenaires, afin de trouver des synergies et des solutions communes aux mêmes problèmes. La Wallonie est représentée actuellement au sein de ce consortium par le CRA-W.

Une des activités principales du consortium est d’analyser la situation existante des différents programmes de recherches en cours dans les différents pays, de faire un inventaire des ressources et moyens disponibles et de déterminer quels résultats obtenus et/ou quel système développé par un ou plusieurs pays du consortium pourrait facilement être appliqué dans d’autres pays. Cette analyse permettra également d’orienter les futurs programmes de recherches nationaux et européens en identifiant les sujets de recherches jugés prioritaires.

L’autre activité principale est d’initier des collaborations entre pays pour financer des recherches sur des thématiques communes, en profitant de l’expertise, de l’expérience et des infrastructures de chacun. Les maladies, les ravageurs et les mauvaises herbes ignorant les frontières, beaucoup de partenaires font en effet face aux mêmes problèmes. De plus, des solutions initiées dans des cultures particulières pourraient s’appliquer à d’autres filières. Différents appels à projets, combinant financement nationaux et européens sont prévus en 2015 et 2016.

En ces temps budgétairement difficiles pour la recherche, la mise en commun des connaissances, des moyens, des ressources et des idées des différents partenaires devrait faciliter la mise en place de programmes de recherches utiles au développement de la lutte intégrée.


Mise à jour 20 avril 2015