22 févr. 2018 Feriel BEN ABDALLAH

Quel outil de gestion de la fertilisation azotée des cultures ?

Actuellement, les stratégies de raisonnement de la fertilisation azotée en agriculture durable et de précision proposent le fractionnement des apports d’engrais couplé à l’utilisation d’outils optiques permettant d’évaluer le statut azoté de la biomasse aérienne en cours de saison. Qu’en est-il des avancées significatives sur la fluorescence chlorophyllienne du feuillage comme outil de gestion de la fertilisation azotée des cultures ?

Quel outil de gestion de la fertilisation azotée des cultures ?

Dans ce contexte, l’objectif premier du projet « POTFLUO »  mené de 2012 à 2018 a été d’étudier les potentialités de l’utilisation d’outils optiques basés sur la fluorescence chlorophyllienne pour évaluer le statut azoté de la culture de pomme de terre. Le second objectif a été la détermination des valeurs seuils des indicateurs de la fluorescence pour décider de la nécessité d’un apport complémentaire d’engrais azoté minéral en cours de saison.

Les potentialités de la fluorescence chlorophyllienne ont été évaluées durant trois années pour les variétés de pomme de terre  Bintje et Charlotte cultivées avec des doses croissantes d’azote. Des mesures ont été réalisées sur le feuillage en cours de saison, avec les fluorimètres Dualex  et Multiplex, le radiomètre Cropscan et le chlorophyllomètre Hydro-N tester. Par comparaison de ces mesures, il apparaît que les indices basés sur l’estimation de la teneur en flavonoïdes des feuilles, mesurés par fluorescence et combinés ou non à la teneur en chlorophylle des feuilles, sont les plus pertinents pour l’évaluation du statut azoté de la culture comparativement aux indices mesurés par transmittance ou par réflectance. Les indices liés aux flavonoïdes permettent en effet la détection précoce de la déficience en azote de manière précise et avec une très bonne sensibilité.

En raison de la faible spécificité de la chlorophylle et des flavonoïdes pour l’évaluation du statut azoté, il s’est avéré utile de travailler avec des valeurs relatives des indices par la prise en compte d’une fenêtre de référence (soit une fenêtre sans apport d’azote, soit une fenêtre sur-fertilisée) plutôt qu’avec des valeurs absolues de ces indices.

Par la comparaison des modalités d’irrigation (irriguée et non irriguée) et d’azote testées durant deux années, il ressort que les indices flavonoïdes, mesurés par fluorescence chlorophyllienne, ne sont pas sensibles à la variation des disponibilités en eau pour la culture contrairement aux indices basés uniquement sur la mesure de la teneur en chlorophylle.

 

La détermination de l’indice de nutrition azotée (INN), comme indice de référence du statut azoté basé sur l’établissement de la courbe de dilution de l’azote dans nos conditions, a permis de définir les valeurs seuils des indices basés sur la fluorescence chlorophyllienne.

Ces valeurs seuils sont en cours de validation sur base agronomique et environnementale. Une application de ce projet sera leur intégration dans un outil  d’aide à la décision pour la gestion de la fertilisation azotée de la pomme de terre pour un usage simple à destination des producteurs.

 

Projet de recherche subsidié par le SPW, DGO3

Mise à jour 22 févr. 2018