4 juin 2018 Gilles ROUSSEAU

Recherche de perturbateurs endocriniens dans les eaux

Le projet BIODIEN évalue la présence des perturbateurs endocriniens dans le but de créer un outil de gestion pour anticiper les risques.

Recherche de perturbateurs endocriniens dans les eaux

Les perturbateurs endocriniens (PE), selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé, sont des substances exogènes qui altèrent les fonctions des systèmes endocriniens et par conséquent entraînent des effets néfastes sur les organismes et les populations. En d’autres termes, les PE miment, bloquent ou modifient l’action d’une hormone, ils agissent à de très faibles concentrations et dans une gamme précise de concentrations, contrairement à d’autres composés dont la toxicité augmente avec leur concentration. Ils sont donc une classe particulière de substances toxiques jugées particulièrement préoccupantes. Certains d’entre eux sont repris sur la liste européenne des substances prioritaires dans le domaine de l’eau (Directive 2013/39/UE) et sur la liste européenne de vigilance (Décision d’exécution (UE) 2015/495).

 

Initié sous l’impulsion du Service Public de Wallonie (SPW), le projet BIODIEN associe trois laboratoires publics wallons (ISSeP, CRA-W et SWDE) au sein du GISREAUX (Groupement d’intérêt scientifique wallon de référence pour la qualité des eaux). L’objectif est tout d’abord d’évaluer la présence de perturbateurs endocriniens dans le cycle de l’eau en Wallonie et en Région bruxelloise. Ces substances sont recherchées dans une sélection représentative d’eaux souterraines, mais également d’eaux de surface, d’eaux de ruissellement, de rejets de stations d’épuration et d’eaux en bouteille. Au total, près de 200 molécules ont été recherchées, regroupant des alkylphénols, phtalates, perfluorés, chlorophénols, HAP, PCB, composés polybromés de type retardateur de flammes et certains pesticides.

 

L’ensemble des informations recueillies est centralisé dans une base de données qui permettra d’analyser cette problématique de façon globalisée sur l’ensemble du territoire Wallonie - Bruxelles. Elle servira aussi d’outil à la gestion des risques à moyen et long terme afin de préserver les ressources en eaux.

 

 

Financement : Service Public de Wallonie (SPW), Direction générale opérationnelle Agriculture, Ressources naturelles et Environnement (DGO3)

Encore plus d’informations sur ce projet : http://www.cra.wallonie.be/fr/biodien

Mise à jour 4 juin 2018