DurAgr'ISO14001

Les agriculteurs européens ont besoin d'évaluer et d'améliorer leurs pratiques afin d'évoluer en phase avec les multiples attentes de la société pour assurer leur pérennité et durabilité. C'est dans cette optique que le projet Interreg DurAgr'ISO14001 s'inscrit, avec pour objectif la mise en place d'une démarche transrégionale de gestion de la durabilité des exploitations agricoles au départ d'une certification environnementale.

Contexte

Le défi alimentaire et les enjeux environnementaux placent désormais l’agriculture au centre de multiples débats. Vu l’ampleur des défis auxquels le secteur doit faire face, il est important de l’aider à innover, à plus tenir compte des personnes concernées par cette activité, à mieux intégrer l’environnement dans les orientations des exploitations agricoles et à tracer de nouvelles voies d’avenir. 

C’est dans cette optique que le projet Interreg DurAgr’ISO14001 s’est inscrit. En effet, la complexité des contraintes à gérer par les agriculteurs européens a amené les partenaires du projet à s’orienter vers des démarches de progrès où les agriculteurs sont acteurs afin de mieux prendre en compte les spécificités de leur exploitation, du territoire et des partenaires et filières avec lesquelles ils travaillent.

Objectifs

DurAgr’ISO14001 avait pour objectif la mise en place d’une démarche transrégionale de gestion de la durabilité des exploitations agricoles au départ d’une certification environnementale, sur les 3 régions franco-belges : Picardie, Wallonie et Flandre occidentale.

Résultats attendus

Ce projet s'inscrit dans le cadre du programme Interreg IV France-Wallonie-Vlaanderen (http://www.interreg-fwvl.eu), avec le soutien du Fonds Européen de Développement régional  de l'Union européenne (UE -FEDER) et de la Wallonie, de  la province de Flandre occidentale, de l’ADEME et de la Région Picardie. Il avait pour objectif :

(1) Une comparaison des systèmes de management environnementaux appliqués en France, Wallonie et Flandre par rapport à leur plus-value pour l’exploitation, leur convivialité et leur niveau de compatibilité vis-à-vis de la réglementation (Législation européenne et locale, GlobalGAP, QFL, GS, …) et le choix d’un outil adapté, concerté, valorisant l’expertise des partenaires sur chacun des versants et utilisable pour tout type de système agraire présent sur la zone d’étude en se basant sur les démarches de certification environnementale (ISO14001) et de responsabilité sociétale des entreprises (guide ISO 26000).

(2)  La validation sur un échantillon représentatif de fermes de la méthode développée pour la mise en œuvre de la démarche globale de développement durable au sein d’exploitations.

(3)  Le déploiement de la méthode validée sur au total 117 exploitations présentes au sein des 3 régions concernées par le projet.

(4)  La présentation (transfrontalière) de la démarche en vue de permettre une extension plus large du dispositif sur d’autres exploitations européennes, des intérêts étant déjà marqués dans certaines régions adjacentes. 

Résultats obtenus

Ce projet a démarré en mars 2009 sur les 3 régions franco-belges : Picardie, Wallonie et Flandre occidentale, et s'est terminé en juin 2012.


Sa première étape a été l’évaluation des outils disponibles pour encadrer les agriculteurs dans cette approche. En matière de certification environnementale, la démarche Terr’Avenir, initiée en Picardie et aboutissant à la certification d’une association d’exploitations agricoles françaises, est apparue la plus intéressante de par son initiation par des agriculteurs en recherche d’outils de communication et l’aboutissement de son développement. En effet, cette démarche repose, d’une part, sur l’utilisation d’outils informatiques accessibles au travers d’un portail internet commun, présentant une solide architecture informatique avec notamment édition immédiate d’un plan d’actions individualisé sur base du diagnostic environnemental et de l’évaluation de la conformité réglementaire nécessaire à toute certification et, d’autre part, sur une formation continue des agriculteurs, leur permettant de progresser dans leur démarche, quelque soit la situation et du niveau où se trouve l’exploitation. De plus, cette démarche de groupe, au-delà d’une mutualisation des coûts, permet d’enrichir les réflexions par les agriculteurs eux-mêmes. L’approche de groupe a été également privilégiée dans un but de « resocialisation » des agriculteurs tellement pris par leur travail qu’ils s’en trouvent souvent déconnectés de la société.

La transposition de cette démarche au contexte belge, le développement d’une  veille réglementaire régionale, en phase avec l’évolution des contraintes administratives locales, et la traduction des outils en néerlandais ont ensuite été initiés par les partenaires du projet.  Cette transposition s’est faite au travers de groupes pilotes d’agriculteurs wallons et flamands.

 

En parallèle, sur le plan de la durabilité, différentes méthodes ont été évaluées, dont IDEA et MOTIFS (outils basés sur des calculs d’indicateurs reconnus). Cependant, l’évaluation de la durabilité au travers d’indicateurs donne une photographie d’une exploitation à un moment donné, ce choix est dès lors toujours orienté, visant à quantifier tantôt la maîtrise de pratiques techniques, tantôt une évaluation globale de l’exploitation. Il est apparu important dans la construction de la démarche de disposer d’une base de données d’indicateurs reconnus, bien que leur utilisation soit difficile sans définition d’objectifs. Dans ce contexte, les partenaires du projet ont choisis d’appréhender tant les aspects environnementaux qu’économiques et sociétaux (piliers de la durabilité) en passant par une nouvelle manière de les gérer. C’est pourquoi le guide ISO 26000, portant sur la responsabilité sociétale des entreprises (RES), a été retenu pour développer une méthodologie la plus appropriée possible pour accompagner cette ouverture à la durabilité. Une réflexion transfrontalière a dés lors été initié en 2010 au travers d’ateliers avec des représentants des partenaires des 3 versants et un groupe pilote d’agriculteurs déjà certifiés ISO14001 et présentant la maturité nécessaire pour participer à la déclinaison de cette notion de responsabilité sociétale au sein de l’agriculture avant de l’intégrer dans le cadre d’une amélioration de leurs pratiques. Un référentiel d’engagements et de pratiques clés pour une agriculture responsable a ainsi été établi, ainsi qu’une méthode d’auto-évaluation. Des premiers outils de diagnostics RSE et une méthodologie de définition d’une stratégie intégrée, basée sur la RSE ont également été développés de manière transfrontalière, bien qu’encore expérimentale.

 

Au final, le projet DurAgr’ISO14001 a rassemblé 110 exploitations autour de cette démarche innovante basée sur des valeurs communes de respect de l’environnement et de la société dans son ensemble. Il a abouti à 5 résultats majeurs :

  • la transposition sur le territoire belge d’une méthodologie initiée en France il y a 10 ans, à la demande d’agriculteurs picards précurseurs ;
  • l'adaptation des outils informatiques français aux contextes wallon et flamand (outils d’analyse environnementale et d’évaluation à la conformité réglementaire) ;
  • la création d’une association fédérale d’agriculteurs belges, porteuse de la certification ISO14001 ;
  • l’accompagnement de 18 agriculteurs belges à la certification environnementale ISO14001. Il s’agit de la première certification environnementale collective dans le monde agricole belge. Ces 18 agriculteurs rejoignent les 215 agriculteurs français déjà certifiés au travers du réseau Terr’Avenir en France ;
  • un lien entre ces agriculteurs des 3 régions, qui par de multiples échanges, ont réalisé qu’ils avaient énormément à apprendre les uns des autres, tant sur le plan technique, que stratégique. Ce lien va perdurer au-delà du projet, grâce au réseau Terr’Avenir/Beloftevol Boeren.


Ce projet a été élu « Projet stratégique 2012 » par le programme Interreg IV et les agriculteurs impliqués dans DurAgr'ISO ont reçu le Prix Profressionnel 2011 de l'Institut Phytofar et le Prix 2012 du Développement Durable de la Province de Namur.

 

voir aussi : http://www.rtbf.be/video/v_la-clef-des-champs?id=1256143&category=viepratique (Emission La Clé des Champs).

Contribution

Le CRA-W, en tant que chef de file, coordonne le projet dans son ensemble.Il participe également à la définition des outils et indicateurs permettant une évaluation de la durabilité des exploitations, au développement d’une méthode permettant l’implémentation d’un système de gestion de la durabilité, ainsi que du suivi technique des exploitations sur le versant wallon. 

Partenaires

-FUGEA, Fédération Unie des Groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs (W).

-PNPC, Parc Naturel du Pays des Collines (W).

-PeriG Consultants (Fr).

-Association Terr’Avenir Picardie (Fr).

-INAGRO, Onderzoek & Advies in Land- & Tuinbouw (Fl).

Financement

  • CE - Politique régionale - INTERREG IV
  • SPW - DGARNE

Equipe

Partagez cet article