Et si les bovins permettaient d’utiliser les ressources non-consommables pour l’homme …

Sylvain HENNART
Partagez :
Et si les bovins permettaient d’utiliser les ressources non-consommables pour l’homme …

La production de viande bovine est de plus en plus critiquée et menacée dans un contexte mondial en évolution. Face à ces critiques, le projet Sustainbeef a pour ambition de remettre en avant la capacité des ruminants, et en particulier des bovins, à valoriser des produits non-consommables par l’humain, tels que l’herbe et les coproduits de l’industrie agro-alimentaire.

Le projet SUSTAINBEEF est un projet européen soutenu par le programme ERANET SusAn regroupant des partenaires allemands, français, irlandais, italiens et belges. Il cherche à évaluer la durabilité des systèmes de production de viande bovine qui optimisent la valorisation des ressources (Feed) non dédiées à l’alimentation humaine (Food). Pour y parvenir, des élevages caractéristiques des différentes régions européennes ont été modélisés grâce à l’outil FARMDYN. Cet outil, développé par les partenaires allemands, modélise les choix de pratiques agricoles pouvant être mises en œuvre par les éleveurs dans une optique d’optimisation économique. D’autres paramètres, environnementaux et sociaux, sont également estimés afin d’obtenir une vision globale de la durabilité de l’exploitation. Les systèmes d’élevage types définis pour la Wallonie sont au nombre de quatre : système naisseur extensif, système naisseur intensif, système naisseur-engraisseur et enfin un système laitier réalisant le croissement terminal sur une partie de son troupeau.

Une vingtaine d’innovations transfrontalières visant à limiter la compétition entre alimentation animale et humaine (feed-food) ont été identifiées et regroupées en 5 catégories : la gestion de l’herbe et des fourrages, le remplacement des concentrés par d’autres moins compétitifs, la sélection de races ou d’animaux, l’agriculture de précision et la réorganisation des systèmes agricoles. Ces innovations ont ensuite été partagées et discutées au sein de focus groups constitués d’éleveurs, de conseillers technico-économiques et des acteurs de la filière viande bovine. Cet exercice avait deux objectifs : compléter la liste des innovations  au travers de la littérature scientifique et identifier les freins et les leviers à la mise en œuvre des innovations jugées les plus pertinentes, mais aussi les moins réalisables dans le contexte actuel, au sein de nos systèmes d’élevage et de la filière.

La suite du projet consistera donc à implémenter les cas-types et les innovations au sein du modèle et à croiser l’ensemble afin d’identifier les voies d’évolution possibles de nos systèmes d’élevage.

 

Fichiers attachés

Partagez cet article