Du
11 Juin 2013
au
30 Juin 2015

La cécidomyie orange du blé : un modèle biologique pour l’étude d’autres cécidomyies nuisibles

Sur deux cécidomyies nuisibles étudiées, l’une répond « oui ! » et l’autre « non ! » au modèle d’émergence développé sur la cécidomyie orange du blé.

La cécidomyie orange du blé : un modèle biologique pour l’étude d’autres cécidomyies nuisibles


La cécidomyie orange du blé est un ravageur des céréales étudié au CRA-W depuis 2005. Les larves se nourrissent aux dépens des grains et peuvent occasionner de graves pertes de rendement et de qualité des récoltes.  L’importance des dégâts dépend de l’intensité des vols et de leur coïncidence avec les stades sensibles des céréales, éléments très variables d’une année à l’autre et d’une variété à l’autre. Un modèle prévisionnel de la période d’émergence des adultes, élément capital en termes de définition du risque agronomique, a été établi. Il a permis de limiter le risque et les traitements insecticides systématiques. Ce modèle prévisionnel ne vaudrait pas seulement pour la cécidomyie orange, mais aussi pour son ennemi naturel principal : Macroglenes penetrans, un hyménoptère parasite jouant un rôle clé dans le contrôle naturel de ce ravageur.

 

Durant le printemps 2012, des recherches ont testé le modèle de la cécidomyie orange et de ses parasitoïdes sur deux autres cécidomyies nuisibles en grandes cultures : la cécidomyie équestre, responsable d’importants dégâts en céréales dans les Polders depuis 2010, et la cécidomyie des siliques des crucifères, responsable de dégâts sérieux en 2011 en colza. Cet essai a révélé des comportements fondamentalement distincts des deux cécidomyies soumises au test. En effet, les émergences de la cécidomyie équestre répondent au même type de modèle que la cécidomyie orange tandis que celles de la cécidomyie des siliques semblent répondre à un tout autre modèle.

 

La détermination de tels modèles permettant de prévoir les émergences des cécidomyies nuisibles est un atout essentiel dans la lutte intégrée contre ces ravageurs par le biais d’avertissements spécifiques à destination des agriculteurs. Ces avis, émis par le CADCO (Centre Agricole pour le Développement des cultures Céréalières et Oléo-protéagineuses) et le LCG (Landbouwcentrum Granen Vlaanderen) peuvent tout aussi bien diffuser des messages d’alerte que des conseils d’ordre agronomiques afin de gérer le risque présenté par les cécidomyies.

 

Projet subsidié par le SPW (DGO3, convention n°D31-1262)

Sur le même sujet

#Article #Nouvelle