Les chercheurs du CRA-W plongent au cœur de la matière vivante

Gilles ROUSSEAU
Partagez :
spectro_masse_web

Dans le cadre de ses activités de recherches et de services, le CRA-W utilise depuis plusieurs années la spectrométrie de masse pour identifier et quantifier...

Dans le cadre de ses activités de recherches et de services, le CRA-W utilise depuis plusieurs années la spectrométrie de masse pour identifier et quantifier précisément des composés chimiques présents à l’état de traces dans des échantillons biologiques (plantes, denrées alimentaires, insectes, …) ou environnementaux (eau, sol, air).

Cependant, les techniques utilisées classiquement ont pour principal inconvénient de devoir définir à l’avance la molécule d’intérêt. Ces méthodes d’analyse sont dites ciblées et sont spécifiques de ce que l’on veut mesurer. Si le composé recherché est sous une forme différente, un métabolite par exemple, celui-ci devient alors invisible aux yeux des instruments.

L’utilisation de la spectrométrie de masse à haute résolution, en particulier par la détection de type Q-TOF (Quadrupole Time of Flight) représentant le temps de vol de la particule, présente de nombreux avantages.

Tout d’abord, cette technique permet une identification plus spécifique de la masse du ou des composés ciblés, élargissant ainsi la gamme des composés pouvant être analysés.

Ensuite, la technologie Q-TOF mesure la majeure partie des constituants présents dans l’échantillon au cours d’une seule et même analyse sans devoir prédéfinir ceux-ci (analyse non ciblée). On obtient alors des milliers de mesures caractérisant chimiquement l’échantillon analysé. Il est ensuite possible de rechercher dans ces données le ou les métabolites d’intérêt. Si le composé que l’on souhaite mesurer est métabolisé, il est possible de le vérifier a postériori s’il est sous une autre forme chimique. C’est ce que l’on appelle la métabolomique. Cet aspect rétrospectif du traitement des données analytiques produites permet à la fois d’investiguer différentes pistes sans devoir réaliser de nouvelles et coûteuses analyses, de gagner du temps et de comparer des groupes d’échantillons afin d’identifier leurs similitudes ou leurs différences.

Identifier des marqueurs de résistance, des composés responsables de certaines propriétés biologiques ou organoleptiques, la présence de composés indésirables (polluants ou autres composés abiotiques), … sont autant de possibilités qu’offre déjà cette technologie analytique de pointe. 

Le défi futur des chercheurs du CRA-W consistera, d’une part, à identifier clairement tous ces composés et à comprendre leurs rôles exacts et, d’autre part, à créer des bases de données qui permettront de regrouper ces informations mais aussi de les recouper avec celles d’autres disciplines scientifiques afin d’en découvrir encore plus sur la matière vivante qui nous entoure.

Informations pratiques

Partagez cet article