Du
01 Avril 2001
au
01 Septembre 2002

Altener

Le projet Altener Biomass Logistics

Altener

Contexte

Le rôle des énergies renouvelables sera de plus en plus important dans les années à venir. A titre d’exemple, signalons les objectifs du Plan wallon pour la maîtrise durable de l’énergie ou le Livre vert de la Commission Européenne intitulé « Vers une stratégie européenne de sécurité d’approvisionnement énergétique ». Outre une plus grande autonomie énergétique, le recours aux énergies renouvelables permettra également de réduire la pollution atmosphérique.

Objectifs

Un des obstacles pour développer le recours à la biomasse-énergie (et dans ce cas plus particulier, le bois) est l’aspect logistique. Le but du projet Biomass logistics est donc de développer des stratégies pour surmonter ces « barrières » logistiques. Pour ce faire, deux zones pilotes ont été identifiées : l’une en Allemagne, l’autre en Belgique (Région wallonne). Dans chacune de ces deux régions, le but est de mettre en rapport tous les acteurs de la filière : les producteurs et les consommateurs. Tout ceci pourrait créer un réseau virtuel de la biomasse pour solutionner les problèmes inhérents à tout marché nouveau. Les résultats du projet devraient être transposables à d’autres régions européennes présentant des caractéristiques comparables.

Description des tâches

Le projet comporte six phases :
Phase 1 – Détermination de la zone pilote.
La zone retenue comporte une partie centrale et une région périphérique. La première est constituée par la commune de Tenneville, la seconde par les communes situées autour de Tenneville. D’après le dernier recensement de l’INS (2001), 14 % des logements privés de la commune de Tenneville utilisent le bois comme source principale de combustible.
La région choisie dispose en outre d’un potentiel élevé en bois-énergie. Par ailleurs, un projet de petit réseau de chaleur à base de bois est en cours dans la commune de Tenneville, dans le cadre du Plan Bois-Energie et Développement Rural.
Phase 2 – Contacts avec les administrations, les agriculteurs, les forestiers et autres associations.
Les principaux contacts s’orientent vers la Division de la Nature et des Forêts (Ministère de la Région wallonne), la Société Royale Forestière de Belgique, les agriculteurs, les associations professionnelles actives dans le secteur du bois (exploitants forestiers, scieurs, …).
Phase 3 – Incorporation des agriculteurs, forestiers, marchands de fuel.
Des contacts sont également pris avec les marchands de fuel qui pourraient, le cas échéant, devenir des fournisseur de combustible bois.
A ce stade, il est nécessaire de pouvoir évaluer l’intérêt général pour la production et les applications énergétiques de la biomasse. Il faut également pouvoir discerner quels seraient les problèmes éventuels ou les raisons d’hésiter…
Les contacts pris devraient déboucher sur un réseau virtuel de fourniture de biomasse (voir donc quel serait le potentiel théorique de fournir du combustible).
Phase 4 – Incorporation des clients potentiels.
Un formulaire d’enquête a été élaboré et distribué aux habitants de la commune de Tenneville. Par ailleurs, une réunion d’information a été organisée à Tenneville. La compilation des informations collectées par le formulaire et les résultats de la réunion permettent de mieux cerner l’intérêt du bois-énergie dans la commune de Tenneville. Il en ressort que actuellement, l’intérêt semble important pour le chauffage au bois. Par contre, une méconnaissance des techniques modernes et des prix encore élevés empêchent le développement de la filière.
Phase 5 – Assistance à l’organisation.
Tout futur consommateur de « bois-énergie » devra être informé des sources d’approvisionnement disponibles, des prix, des caractéristiques de chauffage au bois (et de leur prix). Des contrats d’approvisionnement seront établis pour garantir la qualité, la quantité et le prix du combustible fourni.
Phase 6 – Campagne de promotion.
Les résultats du projet ont été diffusés par l’intermédiaire d’articles dans des revues ou des journaux.
La plupart des régions rurales wallonnes présentent des caractéristiques assez semblables : potentiel élevé en bois et intérêt pour le chauffage au bois.
On peut raisonnablement penser que, lorsque les conditions seront plus favorables, les nouvelles technologies de chauffage au bois se répandront dans les foyers wallons.

Résultats obtenus

Les habitants de Tenneville ont été informés du projet et une réunion d’information sur le sujet a été organisée. Un document d’une quinzaine de pages, intitulé « Le chauffage individuel au bois », a été réalisé et distribué aux autorités communales (plusieurs exemplaires ont été fournis, à destination des habitants qui le souhaitent).Au moment de la réalisation du projet, il n’y avait pratiquement pas d’incitants financiers pour promouvoir le développement de systèmes « modernes » de chauffage au bois. Cela explique le manque d’intérêt du public pour ce type de technologie (chaudières automatiques au bois). La situation est différente actuellement, puisqu’il existe des primes au niveau de la Région wallonne (chaudières automatiques et poêles de masse) et des possibilités de réduction fiscale au niveau fédéral. Par ailleurs, le projet de réseau de chaleur au bois pour la commune de Tenneville progresse également. Lorsqu’il sera opérationnel, cela permettra d’ouvrir de nouvelles perspectives pour les particuliers qui souhaiteraient se connecter au réseau.

Contribution

Néant

Partenaires

FNR (D)

Coordinateur hors CRA-W

Ir. Nuse LACKF
achagentur Nachwachsende Rohstoffe e. V. (FNR)
Hofplatz, 1
D-18276 Gülzow (Germany)
Tél. : +49 38 43 69 30 136
Fax : +49 38 43 69 30 102
Email : n.lack@fnr.de

Financement

  • Commission Européenne
  • CE - DG Transports et énergie
  • CE - DG Transports et énergie - ALTENER