APL

Jean-Pierre GOFFART
Partagez :
fiche_contexte_img-12976-2011-07-18-2011111797a0383a

Préconisation de bonnes pratiques en cultures de légumes pour le marché du frais dans le cadre des exigences du Programme de Gestion durable de l'azote (PGDA) en Wallonie

Contexte

Dans le cadre du projet de recherche appliquée intitulé « Production de légumes frais de qualité spécifique (différenciée ou autre) dans un contexte d’agriculture durable en Wallonie (financement DGARNE – D31/1145) », réalisé de 2005 à 2010 au CRA-W, il est apparu clairement et de manière récurrente que les sols cultivés en légumes pour le marché du frais en Wallonie présentent, à tout moment de l’année, une richesse élevée à très élevée de leurs profils en azote minéral. Les valeurs enregistrées, largement supérieures à celles rencontrées généralement en grandes cultures, varient dans une gamme de 100 à parfois 700 kg d’N/ha dans la couche de sol de 0 à 90 cm.
A l’heure actuelle, une valeur de référence APL (Azote Potentiellement Lessivable) unique est établie annuellement pour les cultures de légumes dans le cadre du Programme de Gestion Durable de l’Azote (PGDA) en Wallonie. Depuis 2007, celle-ci a varié de 120 à 180 kg d’N/ha en novembre et de 120 à 140 kg N/ha en décembre, en prenant en compte la marge de tolérance de 20% appliquée par les organismes d’encadrement scientifique du PGDA. Cela concerne quasi exclusivement les légumes industriels (épinard, pois de conserverie, haricot, fèves de marais, carotte,….) s’intégrant dans les rotations classiques avec les grandes cultures plus traditionnelles, les légumes maraîchers pour le frais n’étant pas encore concernés par ces normes.
Or si ces valeurs devaient être appliquées aux légumes maraîchers, elles mèneraient dans la très grande majorité des situations à des pénalités pour les producteurs et à une très grande difficulté de mise aux normes dans le cadre du programme d’observation imposé par le PGDA.
Dans un tel contexte, afin de garder le secteur maraîcher pour le frais en Wallonie encore viable tant environnementalement qu’économiquement, une réflexion spécifique est engagée pour ce secteur sur les valeurs APL, et cela en concertation étroite avec la structure d’encadrement du PGDA. En corollaire, afin de responsabiliser les producteurs maraîchers pour le frais par rapport à leur situation particulière, il est indispensable d’identifier et de recommander de bonnes pratiques culturales mieux adaptées au respect de ces normes à l’échelle de la rotation.

Objectifs

Ce projet repose sur trois objectifs :
1. Caractériser de la manière la plus complète possible le secteur de production des légumes pour le marché du frais en Wallonie, particulièrement dans toutes ses caractéristiques liées de près ou de loin à la pratique de la fertilisation azotée et à ses impacts sur l’environnement (en particulier les risques de pollution des eaux par le nitrate).
2. Identifier et préconiser, à l’échelle de la rotation maraîchère stricte ou mixte, les bonnes pratiques qui permettront aux producteurs maraîchers pour le frais de respecter les exigences réglementaires qui pourraient leur être imposées via le PGDA dans un proche avenir.
3. Travailler, en concertation très étroite avec la structure d’encadrement du PGDA en Wallonie, à la réflexion sur la possibilité d'établissement des valeurs annuelles de référence APL qui pourraient être décidées par l'Administration Wallonne pour le secteur des légumes maraîchers pour le frais.

Résultats attendus

• Caractérisation approfondie et concrète des systèmes de production spécifiques au secteur maraîcher pour le frais en Wallonie;
• Identification des pratiques agronomiques à proscrire ou au contraire à favoriser pour arriver à des situations de profils azotés en accord avec le maintien d'une agriculture et d'une horticulture durable en Wallonie ;
• Progression, en concertation étroite avec la structure d'encadrement du PGDA en Wallonie, dans la réflexion portant sur l'intérêt de valeurs de référence APL spécifiques au secteur des légumes pour le marché du frais.

Contribution

Coordination et exécution du projet

Partenaires

Partenaires non financés par le projet
• Le Centre Pilote Maraîcher (coordonné par le CIM asbl)
• La Structure d’encadrement du PGDA en Wallonie (Grenera, Nitrawal)
• L'Unité Systèmes agraires, territoires et technologie de l'information (U13) du CRA-W
Concertations avec FWH, Bioforum, VEGEMAR

Financement

  • SPW - DGARNE

Equipe

Partagez cet article