Vers quelle gestion de l'exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix ?

Colloque FLPLW du 30 mars 2011

Les changements de la politique agricole européenne et de la conjoncture macroéconomique sont sources de variabilité : variabilité du prix du lait, du coût des intrants et des volumes à produire. Cette évolution du contexte implique trois défis à relever dans la gestion d'une exploitation laitière : rester compétitif (diminuer son prix d'équilibre) ; pouvoir résister aux fluctuations et savoir bénéficier des hausses (flexibilité). Pour cela, l'agriculteur doit mesurer en permanence les indicateurs de gestion de son exploitation-entreprise, c'est-à-dire développer ses compétences entrepreneuriales, en plus de ses compétences techniques.

Quatre indicateurs doivent être considérés :

1°  Le prix d'équilibre (court terme) est le prix de vente minimum du produit pour couvrir les charges de production, les annuités et la rémunération des exploitants. C'est un repère pratique pour se situer par rapport au marché et estimer la capacité de résistance de l'exploitation en trésorerie.

2° Le coût marginal (court terme) permet de calculer le coût des litres de lait supplémentaires produits et de déterminer l'intérêt de produire plus. Il est fonction des caractéristiques de l'entreprise et des rapports de prix.

3°  Le prix de revient (moyen terme) est un indicateur de la compétitivité de l'atelier lait de l'entreprise sur lequel l'exploitant peut influer. Il doit être calculé pour chaque exploitation en fonction du contexte spécifique.

4°  La marge de manœuvre (long terme) : dans un contexte de variabilité, l'exploitant devra raisonner la rentabilité de son entreprise et la gestion de sa trésorerie dans un intervalle de 15 à 20 % autour d'un prix pivot. Cela dégage une marge de manœuvre qui peut servir à augmenter les réserves et/ou à investir pour améliorer la compétitivité ou la flexibilité de l'exploitation.

Les producteurs disposent de plusieurs leviers d'actions : optimiser la production, produire plus (après analyse du coût marginal), diversifier (transformation à la ferme ou valorisation de certains atouts de l'exploitation), se regrouper entre agriculteurs (améliorer l'efficacité du travail et des moyens de production), se spécialiser (améliorer ses performances).

En conclusion, il est nécessaire d'évoluer vers une gestion entrepreneuriale des exploitations en utilisant les bons outils.

(Présentation : www.filierelait.be/colloque2011).

 

C. Bauraind, Chargée de projet à la FLPLW d'après J-M. Séronie (Colloque FLPLW du 30/03/11).

Partagez cet article

Sur le même sujet