Détection des chaleurs chez les vaches

Détection des chaleurs chez les vaches

Pour des raisons de rentabilité, une vache doit mettre bas une fois par an. Chaque cycle perdu a une répercussion directe sur le revenu de l’éleveur. La détection des chaleurs pour réaliser les inséminations est donc essentielle.

Le chevauchement des animaux est un des signes caractéristiques des chaleurs. Il se produit plus souvent la nuit. Dans ces conditions, il est difficile pour l’éleveur de bien diagnostiquer les chaleurs et par conséquent de pratiquer une insémination au moment opportun.

Différents appareils existent pour automatiser cette surveillance en élevage. Un prototype innovant a été conçu par un éleveur wallon pour assurer la détection des chevauchements chez les bovins confinés en stabulation dans une zone de surveillance délimitée. La méthode consiste à balayer la zone à l’aide d’un capteur de mesure de distance (rayon laser Infra-Rouge) et à enregistrer une pluralité de distances en fonction d’un angle de balayage. Lorsqu’un chevauchement se produit dans la zone, il y a rupture du faisceau laser et détection.

Le prototype fait l’objet d’un coaching technologique au sein de l’asbl Innovatech(Charleroi) qui a sollicité le CRA-W pour valider le fonctionnement et la fiabilité de cet automatisme. En particulier, il s’agissait de déterminer que tous les chevauchements d’animaux étaient détectés par l’appareil et que chaque détection par l’appareil correspondait bien à un chevauchement.

Des mesures préalables à l’expérimentation ont été réalisées afin de déterminer quelques paramètres indispensables pour assurer le bon réglage de l’installation. Ensuite, un cheptel de neuf génisses Holstein réparti en 2 loges a été mobilisé pour la validation. Les chaleurs ont été artificiellement induites afin de provoquer une activité intense de chevauchements pendant une période déterminée et prévisible d’environ 2 jours. Une caméra de surveillance a été placée au-dessus des loges pour l’enregistrement vidéo continu des animaux et déterminer par la suite les chevauchements d’animaux. La mise en concordance des deux techniques a permis la validation de l’appareil.

Il ressort des mesures préalables que le prototype s’est montré très sensible aux conditions météorologiques, soleil et brume, celles-ci étant à l’origine de nombreuses ruptures de faisceau intempestives. Par contre, au cours de la validation sur les 2 jours, le prototype de détections a relevé 99,4% des 616 chevauchements visualisés et il est apparu que 97,6% des ruptures de faisceaux enregistrées correspondent réellement à des chevauchements visualisés. Ainsi, le prototype s’est révélé fiable au cours de la période expérimentale. Le coaching technologique se poursuit donc pour concourir au développement de l’agriculture de précision.

Partagez cet article

Sur le même sujet