La Biodiversité : et après Rio ?

Au Sommet de la Terre de Rio (Juin 1992), sous l'égide de l'ONU, tous les pays ont décidé au travers d'une convention mondiale sur la biodiversité de faire une priorité de la protection et restauration de la diversité du vivant, considérée comme une des ressources vitales du développement durable.

La recherche agronomique, et donc le CRA-W, s'associe à cette démarche.

Introduction


L'idée que la biodiversité est essentielle à nos besoins quotidiens fait peu à peu son chemin. Elle nous offre en effet tout un éventail de produits, tels que nourriture, médicaments, fibres pour l'habillement, bois-énergie pour le chauffage, la construction, la papeterie, ....

Elle nous fournit également de nombreux services comme le filtrage de l'eau, la production d'oxygène, la fertilisation des sols, l'atténuation des changements climatiques ou la pollinisation des arbres fruitiers.

 

La biodiversité a contribué de nombreuses façons au développement des cultures humaines. Et inversement, l'homme a joué un rôle majeur en termes d'évolution de la diversité aux niveaux génétiques, spécifiques et des écosystèmes.

On voit ainsi que la diversité génétique des populations naturelles d'animaux et de plantes apparaît comme une stratégie promue par la sélection naturelle, en réponse aux pressions continuelles des parasites évoluant rapidement.

C'est également les écosystèmes qui fournissent une aide considérable à l'agriculteur : la fertilité du sol, les sédiments, les prédateurs, la décomposition et le recyclage des déchets organiques, ....
 

Si les ressources biologiques représentent un intérêt écologique pour la communauté, la valeur économique de la biodiversité est également de plus en plus mise en avant. De nouveaux produits sont développés grâce aux biotechnologies, et de nouveaux marchés créés. Pour la société, la biodiversité est aussi un secteur d'activité et de profit, et demande une gestion appropriée des ressources.

La biodiversité est aussi devenue un miroir de nos relations avec les autres espèces vivantes, une vue éthique avec des droits, des devoirs, et une nécessité éducative.

 

La biodiversité et le CRA-W


1) Biodiversité et Amélioration des arbres fruitiers

En arboriculture fruitière, les travaux du CRA-W s'inscrivent dans une politique générale qui vise à promouvoir le développement des secteurs professionnels wallons de la filière du fruit, principalement les pépiniéristes, les arboriculteurs et les divers transformateurs. Les principaux axes de recherche actuellement développés sont : 

(1)   la gestion de la biodiversité des plantes cultivées et en particulier du large patrimoine régional constitué par les centaines de variétés fruitières originales qui ont pu être récupérées depuis 1975 ;

(2)   l'évaluation et la valorisation directe de ce patrimoine pour différentes utilisations (par exemple les pépinières professionnelles, la production de cidre, de jus de fruits et de baby-food, la protection des nappes phréatiques) en exploitant l'énorme diversité de caractères qu'il contient et spécialement la résistance aux maladies;

(3)   la création de nouvelles variétés de pommes, présentant un haut niveau de résistance durable aux maladies, destinées à la culture professionnelle de fruits de table.



Pour en savoir plus :

- INTERREG III
Patrimoine fruitier transfrontalier et biodiversité
Gestion et valorisation de la biodiversité fruitière
Franco-Wallonne

- Création d'un réseau multilocal de vergers conservatoires des ressources génétiques d'arbres fruitiers de nos régions

Contact : Marc Lateur, lateur@cra.wallonie.be

 

2) Le laboratoire de sélection céréalière du CRA-W 





Le laboratoire de sélection céréalière contribue au maintien de la biodiversité de la céréaliculture wallonne à travers son programme d'amélioration de l'épeautre. En effet, l'amélioration de cette espèce contribue directement à son maintien en culture et permet de maintenir un tissu agricole dans des zones de culture difficile. Le programme d'amélioration s'appuie également sur la biodiversité en utilisant dans son programme de croisement des races locales qui ont été collectées dans les années cinquante en Belgique. La collection de ressources génétiques comprend environ 90 races locales belges, 15 variétés étrangères et 15 variétés ou lignées issues de son propre programme d'amélioration. Cette collection dynamique s'enrichit de nouvelles ressources au fil des années.

 
Contact : Emmanuelle Escarnot, escarnot@cra.wallonie.be

3) Prunus


En liaison avec les recherches menées depuis 1963 sur les cerisiers, une riche collection (qui atteint maintenant environ 370 accessions) a été progressivement constituée. 

Les premières introductions, en majorité des Prunus ornementaux, ont servi de base à la sélection de sujets porte-greffe visant la nanification du cerisier à fruits doux. Plus de 200 porte-greffe potentiels (1) ont ainsi été progressivement testés et leurs caractéristiques phytotechniques étudiées. Ces variétés ornementales ont été regreffées entre 2003 et 2007 pour assurer la pérennité de ce patrimoine.

La collection compte également 23 variétés de cerises acides ainsi que 28 variétés locales de cerises douces, le solde, soit 210 accessions, étant composé de variétés de cerises douces plus récentes d'origine étrangère.  En effet, l'assortiment national étant relativement pauvre et limité en valeur commerciale, le CRA-W avait et a toujours comme objectif (2) d'identifier, parmi les nouvelles variétés de cerise proposées régulièrement par les différents améliorateurs et obtenteurs mondiaux, celles qui possèdent des caractéristiques phytotechniques, commerciales et gustatives correspondant le plus adéquatement aux conditions pédoclimatiques belges de production sur porte-greffe nanisant.

Réalisés dans le respect des normes et conventions concernant la protection des obtentions végétales, ces travaux qui demandent au moins 3 années d'observations conduisent à l'édition périodique de fiches descriptives de variétés (3) .
 
La richesse de ce patrimoine en collection est notamment liée au fait qu'elle rassemble en un seul lieu les élites de la sélection variétale mondiale des 50 dernières années.

Les variétés, qui sont maintenues en verger-conservatoire, constituent également les arbres témoins permettant, par le biais de confrontations morpho-biologiques ainsi que par celui des marqueurs en biologie moléculaire, le contrôle du schéma de certification d'identité (GI). Le statut virologique (VF) des variétés les plus intéressantes pour le marché belge est également vérifié et un traitement en thermothérapie et/ou par culture de méristème est appliqué en cas d'infection par des virus avant que ces variétés ne soient délivrées aux professionnels par l'intermédiaire des parcs à bois agréés.  

Pour en savoir plus :

(1) Sélection de sujets porte-greffe nanisants pour cerise douce

(2) Essais variétaux en cerise douce

(3) Variétés de cerisier : 34 nouvelles fiches descriptives éditées

 
Contact : Hugo Magein, magein@cra.wallonie.be
  

4) Diversification variétale en Pomme de terre

Terra Nostra est une marque commerciale de qualité différenciée de la pomme de terre wallonne, mise en place en 1998 par l'ORPAH devenue depuis APAQ-W. Le souhait des acteurs de la filière (producteurs, préparateurs, APAQ-W, scientifiques etc.) était de rendre une place à la pomme de terre wallonne dans les linéaires des grandes surfaces, occupés à l'époque par des pommes de terre d'origine étrangère, en proposant un produit de qualité, cultivé selon les principes de l'agriculture raisonnée. 

Le cahier de charges de la marque met donc l'accent sur les aspects culturaux : qualité sanitaire des plants, fertilisation raisonnée,  choix des variétés,  conduite de l'irrigation, respect des avertissements pour la lutte contre le mildiou et les pucerons, etc. Tout au long de la saison, les scientifiques du CRA-W ainsi que la FIWAP collaborent au suivi des producteurs engagés dans l'action, avec les autres partenaires.

Par ailleurs, il encourage également la diversification variétale en proposant une liste (non restrictive) de variétés de pommes de terre plus ou moins connues. Ainsi, les variétés suivantes figurent au cahier de charge 2008 : Agata, Caesar, Casteline, Charlotte, Cilena, Corne de Gatte, Exempla, Franceline, Gourmandine, Marabel, Melody, Milva, Nicola, Ratte, Ukama, Victoria.

Un organisme indépendant (Procerviq) assure la certification des lots préalablement à leur commercialisation sous la marque Terra Nostra, sur base d'analyses de la qualité finale du produit réalisées au CRA-W, et du respect des obligations culturales prescrites.

Aujourd'hui, les pommes de terre Terra Nostra sont présentes d'octobre à avril dans 6 enseignes de la grande distribution, qui contribuent ainsi à une augmentation continue des paramètres suivants :

- superficie plantée (de 50 hectares en 1998 à 412 en 2003),

- nombre d'opérateurs (de 4 à 16),

- nombre de variétés inscrites (de 2 à 33),

- quantités commercialisées (de 200 à 3000 tonnes).


Pour en savoir plus :
-Caractérisation de la qualité culinaire et technologique des pommes de terre de consommation
- Audit qualité des pommes de terre en Région wallonne

Contact : Alice Soete, soete@cra.wallonie.be

 

5) Biodiversité et intérêt de l'entomofaune utile en grande culture

La prise en compte de l'activité des ennemis naturels des ravageurs est essentielle pour le développement de programmes de lutte intégrée en grande culture. L'observation à long terme permet de déterminer les seuils d'efficacité de certains auxiliaires, seuils au-delà desquels l'évolution des populations de pucerons est maîtrisée et où une intervention insecticide ne se justifie pas.

Mieux cerner la diversité et l'activité des ennemis naturels permet de mettre en évidence toutes les situations où les traitements insecticides réalisés de manière systématique peuvent être évités, et de déterminer quelles espèces d'auxiliaires doivent être protégées et favorisées par des mesures agri-environnementales adaptées.

 


L'étude de la biodiversité permet en outre, si elle est réalisée durant plusieurs années, de mettre en évidence des éventuels changements liés aux modifications climatiques ou à l'introduction d'espèces invasives, comme la coccinelle asiatique.

 

Pour en savoir plus:

La coccinelle asiatique en Wallonie et au CRA-W


Contact : Jean-Pierre Jansen, labecotox@cra.wallonie.be

Partagez cet article

Sur le même sujet