Protéines végétales : Quelles alternatives au soja dans nos exploitations ?

Aujourd’hui, l’Europe a besoin de 50 Mt de matières premières riches en protéines et en produit moins d’un quart. Dès lors, elle est le premier importateur mondial de soja avec 37 Mt importées en 2006, ce qui la rend très dépendante des pays exportateurs.

Organisation de la plate-forme :

Approvisionnement et autonomie en protéines pour l'alimentation animale

CRA-W, rue de Liroux, 9

5030 Gembloux


Aujourd'hui, l'Europe a besoin de 50 Mt de matières premières riches en protéines et en produit moins d'un quart. Dès lors, elle est le premier importateur mondial de soja avec 37 Mt importées en 2006, ce qui la rend très dépendante des pays exportateurs. La culture du soja dans les pays d'Amérique du Sud pose un certain nombre de problèmes sociaux et environnementaux. C'est pourquoi, le secteur des aliments composés pour animaux, par le biais de l'APFACA, participe activement à diverses initiatives nationales et internationales visant l'utilisation de « matières premières durables ou sociétalement responsables » dans les aliments pour animaux (RTRS, Round Table on Responsible soy – Task Force Soja Durable). Ces actions, de même que les cahiers des charges développés dans ce cadre, seront présentés au cours de cette journée d'étude.

Mais, le soja possède des atouts nutritionnels qui le rendent difficilement remplaçable en alimentation animale. Toutefois, des alternatives existent mais varient selon le type d'élevage et son niveau d'intensification : pâturage et fourrages, le tourteau de colza, la féverole, le lupin, le pois protéagineux, …

C'est pour les bovins qu'il y a le plus de possibilités mais les élevages de volailles et de porc possèdent également leur substitut protéique

Pour les filières différenciées et bio, des contraintes supplémentaires existent : liste restrictive des matières premières autorisées, disponibilités encore plus limitées de certaines d'entre elles, génétique animale à croissance lente, etc.

La nécessité et les difficultés que constituent le développement de filières régionales courtes, offrant des sources protéique valorisables pour ces filières de niche, ainsi que la spécificité des sources protéiques sans OGM, posent également un challenge pour le secteur de la fabrication des aliments.

Par ailleurs, la mise en culture des alternatives citées ci-dessus dans les rotations céréalières, présente des intérêts agronomiques et environnementaux : diversification des assolements, amélioration de la structure du sol, apport d'azote par les légumineuses, …

A ces sources protéiques alternatives, s'ajoutent aujourd'hui les co-produits des biocarburants. Mais, sont-ils une réelle opportunité ? Quels sont-ils et quelle est leur valeur nutritionnelle ? Quels sont les tonnages disponibles pour les éleveurs wallons ?

Il existe donc des alternatives intéressantes au soja en alimentation animale. Mais, les possibilités d'amélioration de l'autonomie protéique passent par l'augmentation de la part des surfaces cultivées en oléo-protéagineux et légumineuses fourragères, et aussi par la reconnaissance de l'importance stratégique pour l'alimentation animale des surfaces en herbe ( ± 47 % de la SAU de la Région Wallonne). Il y a donc tout lieu de poser la question « Quelle intervention publique pour les protéines ? ».


Liste des interventions :

Introduction

par A. Théwis , Recteur de la Faculté des Sciences agronomiques de Gembloux (FUSAGx)

Président de séance  : P. Meeùs, Directeur général ff du Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W), Gembloux

Quelle intervention publique pour les protéines ?

par C. Mulders , Attaché à la Direction du Développement rural, DGARNE, Service Public de Wallonie (SPW)

Soja : source protéique incontournable dans les aliments composés ? Aperçu historique et initiatives à court terme

par Y. Dejaegher , Directeur général, APFACA – BEMEFA

Des protéines aussi dans l'herbe … Comment bien les valoriser chez le bovin ?

par Y. Beckers , Chargé de cours, Unité de Zootechnie, FUSAGx et V. Decruyenaere , Attachée scientifique, Section Systèmes agricoles, CRA-W

Président de séance  : Y. Hayez, Secrétaire général adjoint, Fédération wallonne de l'Agriculture (FWA)

Colza, protéagineux … Quelles solutions pour produire plus de protéines ?

Production et Marchés

par C. Cartrysse , Chef de projet, Association pour la Promotion des Protéagineux et des Oléagineux (APPO)

Valorisation alimentaire

par E. Froidmont , Attaché scientifique, Département Productions et Nutrition animales, CRA-W

Approvisionnement en protéines : le point de vue des fabricants d'aliments

Alimentation protéique en filières biologiques et différenciées : spécificités et contraintes des marchés de niche

par E. Walin , Directeur de la Coopérative SCAR

Situation concrète d'un fabricant d'aliment pour le choix des protéines dans la formulation des aliments composés

par Th. Van Volsem , Directeur technique, Dumoulin s.a.

Les co-produits des biocarburants

Du grain à la protéine

par S. Decaigny , Supply Chain Manager, BioWanze

Les DDGS d'Alco Bio Fuel, riches en protéines

par H. Lemahieu , Public Affairs & Sustainability Officer, ALCOGROUP

Valeur nutritive des sous-produits du bioéthanol

par D. De Brabander , Directeur scientifique, ILVO, Gent

Conclusions

par Jean-Claude Vanschingen, représentant du Ministre de l'Agriculture, de la Ruralité, de l'Environnement et du Tourisme, Monsieur B. Lutgen

Partagez cet article
Sur le même sujet