31 Mars 2022

Typotrap, évaluation de l'impact du piégeage du scolyte de l'épicea

Le piégeage, un moyen de lutte contre les dégâts du scolyte de l’épicéa, Ips typographus ?

Typographus cover

Le projet Typotrap visait à évaluer l’impact du piégeage, en complément de l’hygiène forestière, sur l’évolution des attaques du typographe, en période épidémique.

Le scolyte de l’épicéa ou “ips typographe” (Ips typographus) provoque des pertes économiques considérables dans la période de pullulation que nous connaissons depuis 2018. Dans ce contexte, toute méthode qui permettrait de réduire le volume de bois attaqué et donc les pertes financières est à prendre en considération.

Selon les connaissances actuelles, il est considéré que le piégeage, utilisé comme seule méthode de lutte, est incapable de contenir les populations de typographes en période épidémique, même si les captures sont très abondantes (plusieurs milliers d’insectes par piège). En effet, le nombre de scolytes piégés est très faible par rapport à la population totale estimée. Cependant, on peut raisonnablement supposer que le piégeage pourrait avoir un intérêt économique s’il était pratiqué en début de saison, en complément des mesures d’exploitation rapide des bois scolytés. Il permettrait peut-être dans ce cas de détourner les scolytes restés en forêt dans les écorces perdues et dans la litière vers les dispositifs de piégeage, plutôt qu’en laissant les attaques se produire de façon incontrôlée.

Dans ce contexte, une subvention a été octroyée par la Région wallonne au Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W) pour effectuer une mission de recherche relative au piégeage du typographe. Le but de ce projet, réalisé en étroite collaboration avec le Département de la Nature et des Forêts (DNF), était de tester si la mise en place d’un piégeage de printemps, en combinaison avec l’évacuation rapide des bois infestés, permet de réduire le volume de bois scolyté durant la saison en cours. Afin de mieux prendre en compte la variabilité climatique et épidémique, les observations ont été réalisées durant deux années consécutives, en 2020 et en 2021.

Conclusions

Les résultats de cette étude montrent l’absence d’effet significatif du piégeage, par pièges-fenêtres ou par arbre-piège, comme moyen complémentaire de lutte contre le typographe, voire le risque d’augmentation des attaques liés au placement de pièges-fenêtres.

Par contre, les observations faites dans les sites témoins mettent en avant l’importance de l’hygiène forestière dans la réduction des nouvelles attaques dans des foyers existants. Enfin, il est important de garder en tête que ces résultats ont été acquis dans un certain contexte (niveaux de population du typographe extrêmement élevés, piégeage curatif dans des foyers existants, uniquement au printemps) et qu’ils ne sont pas extrapolables à toutes les situations (par exemple en dehors des périodes épidémiques, piégeage à large échelle, sur une plus longue période,...).

Pour plus d'informations sur ce projet

- Rapport Projet Typotrap

Pour plus d'informations sur le typographe et sa gestion

- Site de l'Observatoire Wallon de la Santé des Forêts

- Conseils de la Task Force "Scolytes"

Conférence du 30/07/2022

Le piégeage, un moyen de lutte contre les dégâts du scolyte de l'épicéa, Ips typographus ?

Crédit photo de Gilles San Martin

Equipe

Louis HAUTIERAlexandre KUHNGilles SAN MARTIN