La fertilisation, une histoire de longue date au CRA-W

CRA-W
Partagez :
La fertilisation, une histoire de longue date au CRA-W

Le domaine expérimental du CRA-W comporte sur son site de Gembloux-Ernage deux essais permanents relatifs à l’impact des pratiques agricoles sur la fertilité des terres. Ces essais qui ont débuté, pour l’un en 1959 et pour le second en 1967, comptent parmi les plus anciens d’Europe. Ils représentent un atout que le CRA-W a à cœur de maintenir et de gérer avec le plus grand soin, surtout au cours de ces dernières années où s’est opérée une réelle prise de conscience que le sol constitue une ressource naturelle non renouvelable et que le maintien de la qualité des sols agricoles est un défi permanent.

Un intérêt majeur de ces essais réside, non seulement dans leur ancienneté, mais aussi dans le fait que le CRA-W dispose de l’historique complet des pratiques culturales, des apports d’intrants effectués ainsi que des rendements des cultures et des quantités de sous-produits des récoltes éventuellement exportés. En outre, pour chacun des essais, un suivi régulier a été réalisé pour les paramètres suivants : pH, carbone organique total (COT), teneur en N, P, K, Ca, Mg et, plus épisodiquement pour d’autres critères relatifs à la stabilité structurale et à la fertilité biologique.

 

L’essai le plus ancien concerne la gestion de la matière organique (MO). Il met en comparaison six systèmes d’exploitation définis par la nature et la fréquence des MO restituées au sol. Un système témoin auquel aucun apport de MO n’a été réalisé depuis plus de cinquante ans est ainsi comparé à d’autres où les sous-produits de culture sont soit incorporés au sol, soit exportés et où des apports supplémentaires sous forme de lisier de porcs, de fumier de bovins ou d’engrais vert sont éventuellement effectués.

 

Le second essai compare plusieurs niveaux de fumures minérales phosphatées ou potassiques. Les différentes modalités étudiées sont la combinaison factorielle de trois niveaux de fumure P avec trois niveaux de fumures K. Pour chacun de ces éléments, les niveaux de fumure appliqués sont : aucun apport,  apports équivalents aux exportations par les récoltes (calcul du bilan) et apports équivalents au double de ces exportations.

 

Les informations récoltées dans ces essais permanents de longue durée permettent non seulement de faire des recommandations pratiques aux agriculteurs quant à la gestion de la matière organique ou de la fumure minérale phospho-potassique mais constituent des références indispensables dans l’étude de la durabilité des systèmes agricoles. Ces essais sont des supports expérimentaux potentiellement très utiles dans le cadre d’études plus fondamentales et relatives à l’impact des pratiques agricoles sur l’évolution de la fertilité physique, chimique et biologique des sols, les cycles du carbone et de l’azote, la métabolisation et la mobilité des pesticides dans le sol, etc.

 

 

Partagez cet article