MERINOVA, les événements climatiques extrêmes facteurs d'innovation

MERINOVA, les événements climatiques extrêmes facteurs d'innovation

Les changements climatiques sont devenus une réalité tangible touchant, à des niveaux divers, l'ensemble de la population mondiale et des écosystèmes. Ces changements s'accompagnent aussi d'une augmentation de l'occurrence d'événements climatiques extrêmes : sécheresses, grêle, précipitations intenses…

Le projet MERINOVA se focalise sur ces événements climatiques extrêmes et part du principe que ces derniers peuvent intervenir comme facteur d'innovation au niveau des agroécosystèmes belges. Compte tenu que l’activité agricole concerne plus de la moitié du territoire belge, les événements extrêmes peuvent influencer significativement la fourniture de services agroécosystémiques et la gestion durable des terres agricoles. La perspective d’une augmentation de l’exposition à ces risques est exacerbée par la limitation des aides en cas de calamités agricoles et la réduction globale des aides directes aux agriculteurs dans le cadre de la réforme des politiques agricoles. Les lacunes actuelles des connaissances relatives à l’occurrence des événements extrêmes et à la réponse des agroécosystèmes doivent être abordées en même temps que leur vulnérabilité, leur résilience et leur capacité d’adaptation. 

Pour atteindre cet objectif, le projet vise à la concrétisation de quatre axes de recherches interdépendants.

Le premier axe de recherche s'attellera à caractériser l'occurrence de ces événements climatiques extrêmes (d'un niveau d'intensité donné) au travers du calcul de leur période de retour.

Via une approche orientée modélisation, l'impact actuel, mais également futur, de ces événements climatiques extrêmes sur les agroécosystèmes sera ensuite estimé. Cet impact sera différent suivant l'agroécosystème considéré en fonction de sa vulnérabilité par rapport à l'événement climatique extrême considéré. Dans le cadre du projet MERINOVA, la vulnérabilité sera envisagée non seulement d’un point de vue économique mais également environnemental et sociétal.

Le 3ème axe de recherche, dont s’occupe le CRA-W, vise à dresser, pour l'ensemble des agroécosystèmes considérés, des cartes de vulnérabilité et, en combinant celles-ci avec les cartes de période de retour précédemment définies, des cartes de risque. L'établissement de ces cartes permettra d'identifier pour chaque événement climatique extrême les zones les plus vulnérables/à risque.

C'est au sein de ces zones à risque que des enquêtes vont être menées pour appréhender la perception des exploitants agricoles vis-à-vis des changements climatiques/des événements climatiques extrêmes et identifier parmi les stratégies d'adaptation celles mises en œuvre ou susceptibles de l'être pour faire face à ces événements climatiques extrêmes. L'organisation d'expériences réunissant des agriculteurs issus de différentes filières, toujours au sein de ces zones à risque, devrait permettre de faire émerger des stratégies innovantes d'adaptation.

Le projet MERINOVA est un projet  (contrat N° SD/RI/03A) du 7ème appel à proposition « risques naturels sur les écosystèmes et le patrimoine socio-culturel belges et/ou centre-africains » d’une durée de 4 ans (juin 2012-mai 2016) financé par la Politique scientifique belge (BELSPO) et regroupant l'expertise de 4 équipes scientifiques (IRM/KMI, VITO, CRA-W & UGent).

Site internet : merinova.vito.be

Partagez cet article
Sur le même sujet