Point sur les essais variétaux de céréales en agriculture biologique

20200625 083715 web

Un réseau d’essais d’évaluation de variétés de céréales en agriculture biologique (AB) a été mis en place en 2014 par le CARAH, le CPL-Vegemar, et le CRA-W.

Ce réseau a pour objectif de caractériser le comportement de diverses variétés de trois espèces de céréales, froment, triticale et épeautre, en culture biologique dans le contexte pédoclimatique wallon. Cette année, pas moins de 33 variétés de froment, 11 de triticale et 8 d’épeautre sont testées.

Localisation

Date de semis

Précédent

Reliquat 0 -90 cm

Fumure N

Ath

20/11/2019

Pois de conserverie

Interculture : moutarde-phacélie

91 uN/ha

40 uN/ha

Orgafertil (12-2-0)

Rhisnes

26/11/2019

Pois de conserverie Interculture :  moutarde- trèfle

65,2 uN/ha

 

56 uN/ha

Gomeo (7-6-7)

 

Horion-Hozémont

13/11/2019

Pomme de terre

22 uN/ha

80 uN/ha

Orgamine (7-5-10)

Les paramètres évalués en cours de culture incluent la densité de levée, le pouvoir couvrant, la précocité à l’épiaison, la résistance aux maladies cryptogamiques (rouilles, septoriose, fusariose des épis, notamment), la hauteur de tige et la résistance à la verse.

Evaluer le pouvoir couvrant apporte une information sur la compétitivité des variétés face aux adventices, mais aussi sur leur capacité de tallage et leur résilience face aux passages des outils de désherbage mécanique. L’application Canopeo (Patrignani & Ochsner 2015 ; canopeo.com), installée sur smartphone, a été testée dans ce cadre. Sur base d’une photo de la canopée, elle fournit le pourcentage de surface couvert par la végétation. Les observations effectuées via cette application sont confrontées aux observations visuelles (nombre de talles, port au tallage, couverture du sol, notamment) afin de caractériser au mieux le comportement des variétés.

L’outil portatif GreenSeeker (Trimble, Sunnyvale, USA), quant à lui, fournit l’indice de végétation NDVI (Normalised Difference Vegetation Index). Cet indice est calculé à partir de l’absorption et de la réflectance qu’émettent les plantes dans les spectres du rouge et de l’infra-rouge proche. Il est fortement corrélé avec la vigueur des plantes, leur statut nutritionnel ou encore la biomasse foliaire.

(le sol nu ayant un indice proche de zéro) (Figure 1).

Enfin, les paramètres de rendement et de qualité sont évalués à la récolte : rendement en grain et en paille, qualité du grain (humidité, teneur en protéines, Zélény, poids spécifique) et aptitude à la panification.

L’ensemble de ces observations est partagé avec les agriculteurs, entre autres via le « Livre Blanc des Céréales », afin de les guider dans leurs choix variétaux.

Les nouveautés 2020

Afin de suivre l’évolution des variétés disponibles sur le marché, de nouvelles variétés sont introduites dans les essais, sur base notamment de leurs résultats dans le réseau conventionnel, des demandes des firmes semencières et de leur présence dans le réseau français. En effet, chaque année, nous collaborons et testons un pool de variétés communes avec le Réseau français de criblage variétal en AB, coordonné par l’ITAB (Institut Technique de l’Agriculture Biologique en France) en partenariat avec ARVALIS, la Chambre d’agriculture du Pays de la Loire et l’INRA.

Cette année, 11 nouvelles variétés de froment, 3 de triticale et 2 d’épeautre sont ainsi testées.

Les nouveautés en froment

Variété

Obtenteur

Mandataire

Année d’inscription

Pays d’inscription

Barbe ?

Qualité

Avignon

Lemaire-Deffontaines

Jorion Philip seeds

2018

BE

Oui

BPS

Cubitus

Secobra

Jorion Philip Seeds

2019

FR

Oui

BPS

Emotion

Agri Obtentions

Jorion Philip Seeds

2018

AU

Oui

BAF

Every

Caussade

Caussade

2019

EUROPE

Oui

BAF

Geny

Agri Obtentions

Jorion Philip Seeds

ND

FR

Oui

BPS

Montalbano

AGROSCOPE/DSP

Semences de France

2016

CH

Oui

BAF

Solange SC

Caussade

Caussade

2019

BE

Non

BPS

Sorbet SC

Caussade

Caussade

2018

FR-BE

Non

BPS

SY Adoration

Syngenta

Syngenta

2018

FR

Non

BPS

SY Koniko

Syngenta

Syngenta

ND

DE

Non

BAF

Wital

Pinault

-

2018

CH

Non

BAF

Si la majorité des nouvelles variétés testées répond aux critères de qualité pour la meunerie, c’est pour répondre à une demande croissante pour le froment panifiable biologique par rapport au froment fourrager. Au niveau du marché, le prix de vente est supérieur (environ 360 €/T contre 300 €/T pour le froment fourrager biologique), tandis que le rendement des variétés panifiables est souvent inférieur à celui des variétés fourragères, et il existe un risque de déclassement si la qualité n’est pas au rendez-vous (Lahon 2019). Afin d’assurer une production de qualité, il est recommandé de placer le froment dans la rotation après une légumineuse, afin que les besoins en azote soient autant que possible couverts par les reliquats azotés du sol (Abras et al. 2020).

Les nouveautés en triticale

Variété

Obtenteur

Mandataire

Année d’inscription

Pays d’inscription

Asellus

Florimond Deprez

-

2019

ND

Bilboquet

Lemaire-Deffontaines

Aveve

2019

FR

Kasyno

Secobra

Limagrain

2017

ND

Le triticale est une céréale fourragère particulièrement intéressante pour l’agriculture biologique de par son caractère rustique, son potentiel de rendement comparable à celui du blé et sa bonne concurrence vis-à-vis des adventices. Elle peut également être cultivée en association avec des légumineuses (pois fourrager, vesce, notamment). Pour l’alimentation des volailles, il est conseillé d’utiliser des variétés présentant un faible indice de viscosité.

Les nouveautés en épeautre

Variété

Obtenteur

Mandataire

Année d’inscription

Pays d’inscription

Gletscher

Getreidezüchtung Peter Kunz

Lemaires-Deffontaine

2018

CH

Zollernperle

Suedwestdeutsche Saatzucht GmbH & Co. KG

Aveve

2018

DE

L’épeautre est particulièrement intéressant sur les sols frais et humides. Il présente également l’avantage d’être moins exigeant en azote que le blé.

Un printemps assez calme en termes de maladies

Après un hiver doux et pluvieux, le printemps a été marqué par la sécheresse, avec un mois de mai qui fut le plus sec enregistré depuis 1833 par l’IRM. Par conséquent, les maladies se sont peu développées. La sécheresse a par ailleurs freiné la minéralisation des engrais organiques au début du printemps.

La septoriose a fait une légère apparition fin avril-début mai. Le temps sec du mois de mai n’a pas favorisé son développement ; elle est restée dans le bas de la végétation par la suite.

Dans les essais d’Ath et d’Horion-Hozémont, la rouille jaune a connu une lente évolution en début de saison, avec néanmoins un développement marqué, plus particulièrement sur quelques variétés. Les précipitations début juin ont ensuite favorisé un développement généralisé de la rouille jaune fin du mois. A Rhisnes, la pression de la maladie est restée très faible durant tout le printemps.

La rouille brune a fait son apparition plus tard en saison, à l'exception du site de Rhisnes qui est resté très sain. On a vu apparaître les premières pustules mi-juin sur quelques variétés de triticale à Ath et à Horion-Hozémont. La maladie est arrivée fin du mois de juin en froment sur ces deux sites.

Aucun développement de fusarioses n’a été observé jusqu’à présent dans nos essais. Si certaines régions ont connu des pluies pendant la floraison, l’humidité relative n’a probablement pas été suffisamment élevée assez longtemps que pour permettre leur développement.

La pression d’Oïdium est beaucoup plus faible que l’année passée et a été observée principalement dans le triticale.

L’épeautre est plutôt sain cette année, à l’exception de certaines variétés qui ont été touchées par la première infestation de rouille jaune mais de manière assez faible.

Des décolorations rougeâtres des feuilles ont été observées de manière relativement importante cette année sur l’ensemble des céréales. Il s’agit vraisemblablement de symptômes de la jaunisse nanisante de l’orge, laquelle est causée par un virus transmis par certains pucerons (ARVALIS 2020) L’hiver doux a permis aux populations de pucerons d’être encore actifs tard en automne et tôt au printemps. La céréale y est sensible jusqu’au tallage.

Quels moyens de lutte disponibles en AB ?

En AB, les possibilité de rattrapage en cas de dégâts en cours de saison étant limitées, le choix variétal constitue le principal levier dont dispose l’agriculteur pour lutter contre les maladies fongiques. Le soufre est néanmoins homologué pour lutter contre l’oïdium, avec une efficacité en cours d’évaluation contre la septoriose.

Deux produits d’enrobage des semences sont homologués pour l’AB en Belgique (plus d’infos sur https://fytoweb.be). Le premier est le vinaigre, substance de base utilisée pour protéger la semence contre la carie commune du blé. Le second est constitué de la bactérie Pseudomonas chlororaphis. L’objectif poursuivi ici est de faire entrer la bactérie en compétition avec les éventuels pathogènes du sol présents autour de la semence. Ce traitement vise à apporter une protection contre les fusarioses, la carie du blé et la septoriose.

En ce qui concerne les ravageurs, si l’on peut observer des dégâts de lémas (criocères) et de mouches mineuses ainsi que la présence de pucerons, leur régulation se fait généralement de manière naturelle par les auxiliaires tels que les syrphes, coccinelles et leurs larves, punaises prédatrices, etc.

Un article d'Anouck Stalport (CARAH asbl), Anne-Michelle Faux (CRA-W), Julie Legrand (CPL-VEGEMAR asbl)

Sources :
ARVALIS, Institut du Végétal (2020). Jaunisse Nanisante de l’Orge (JNO). Les Fiches Accidents, Céréales à Paille. http://www.fiches.arvalis-infos.fr/fiche_accident/fiches_accidents.php?type_cul=1&id_acc=53 (consulté le 26/06/2020).
Lahon, L. (2019). Céréales biologiques. Etat des lieux de la filière wallonne. FWA (Ed.), 100 pages.
Abras, M. , Godden, B. , Legrand, J., Stalport, A., Mahieu, O. (2020). Fertilisation des céréales en agriculture biologique. CRA-W, ULg GxABT. Proceedings in: Livre Blanc céréales, Gembloux (Belgium), 19 février 2020, 9/1-9/15.
Patrignani, A., Ochsner, T.E. (2015). Canopeo: A powerful new tool for measuring fractional green canopy cover. Agronomy Journal 107:2312-2320

Partagez cet article
Sur le même sujet