08 Février 2022

SAGRIWASENT II

Suivi continu de l’agriculture wallonne à l’aide d’outils innovants incluant la télédétection et les nouvelles technologies

SAGRIWASENT

Contexte du projet 

Le projet SAGRIWASENT II s’inscrit dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC) et des subventions annuelles versées aux agriculteurs conformément à la législation européenne en la matière, tenant compte de l’évolution des nouvelles technologies disponibles.

Au vu de la mise en place du programme COPERNICUS, des nouvelles technologies disponibles et de l’évolution de la réglementation européenne vers le « Monitoring » –, le projet répond actuellement à une demande du SPW qui a besoin d’une aide technique nécessitant une recherche appliquée liée à la mise en place du « Monitoring » dans le cadre de la nouvelle PAC.

Programme COPERNICUS et nouvelles technologies

L’observation de la terre par télédétection spatiale a fait une avancée spectaculaire avec le programme européen COPERNICUS qui comprend le lancement d’une série de 6 types de satellites différents. Parmi eux, les satellites offrent à la fois des données RADAR insensibles aux nuages (Sentinel-1) et des données optiques multi-spectrales (Sentinel-2), ayant une haute résolution spatiale (entre 10 et 60 m) et une période de revisite de 2 à 5 jours en Wallonie. Les informations contenues dans ces images sont hautement pertinentes pour le suivi de l’agriculture, la résolution spatiale permettant une bonne détection des parcelles agricoles et la résolution temporelle offrant la possibilité de réaliser un suivi de l’évolution des différentes cultures aux calendriers culturaux annuels variables. D’autres technologies, comme les drones et les photos géo-tagguées permettent également de fournir aux services administratifs des informations pertinentes pour le suivi des activités agricoles menées sur leur territoire.

Evolution de la réglementation européenne 

Sur base de ces nouvelles technologies, la commission européenne a revu sa législation en imposant un suivi continu, appelé dans le langage européen « Monitoring », de l’ensemble du territoire agricole remplaçant le modèle actuel. Concrètement, la Commission européenne veut aboutir à un modèle de surveillance continue (Area Monitoring System (AMS)) dont les objectifs sont multiples. Il s’agit notamment de réduire le nombre de déplacements sur le terrain grâce à un suivi continu de toute la superficie agricole (~100%) par télédétection et autres moyens technologiques pertinents. Ce suivi permettra également de développer un système de communication avec les agriculteurs davantage basé sur la prévention. Il offrira en outre la possibilité d’intégrer des outils d’aide à la décision destinés aux agriculteurs.

Objectifs du projet SAGRIWASENT II

L’objectif global du projet SAGRIWASENT II vise à faire un Suivi continu de l’agriculture wallonne à l’aide d’outils innovants incluant la télédétection et les nouvelles technologies 

La recherche d’images satellites ou aériennes les plus pertinentes permet, grâce à l’utilisation d’images acquises dans différentes longueurs d’ondes et de résolutions temporelles et spatiales différentes, de gérer/modifier de la manière la plus automatique possible les informations relatives au parcellaire wallon.

 Image

Plus spécifiquement, le projet vise à :

  • Assurer un suivi des algorithmes pour les régimes en « Monitoring » à savoir tester leur stabilité temporelle et leur calibration annuelle, ainsi que leur amélioration continue.

Il s’agit notamment des algorithmes d’identification des cultures et de détection d’activités agricoles telles que la fauche.

  • Rechercher les meilleures alternatives pour effectuer le suivi des petites parcelles par monitoring.

Il s’agit notamment de tester les produits Planet Fusion pour l’identification des cultures et la détection des fauches.

Le projet SAGRIWASENT II comprend ces différentes tâches :

  • Analyse réglementaire, prise de connaissance des exigences réglementaires européennes et compréhension de leur mise en œuvre en Wallonie au niveau du parcellaire agricole wallon.
  • Analyse détaillée et prise de connaissance de l’ensemble des données existantes potentiellement utiles pour atteindre les objectifs.
  • Comparaison avec les systèmes et les choix d’autres OP des pays européens.

L’objet de ces 3 premières étapes est de comprendre les exigences du système ainsi que les forces et faiblesses du système wallon afin de déterminer ce qu’il faudrait obtenir des données (données de télédétection, données de l’administration) pour répondre aux exigences et aux faiblesses constatées. Le but est d’apprécier la mise en place du monitoring en Wallonie au regard des exigences réglementaires, des choix des autres Etats Membres et des possibilités offertes par les données de télédétection et les technologies existantes.

  • Recherches bibliographique et technique sur l’utilisation et l’intégration des données de télédétection pour faire un suivi continu des parcelles agricoles.

Les images proviendront notamment des satellites destinés à l’agriculture tels que les satellites ‘SENTINEL’ du programme COPERNICUS de l’Agence spatiale européenne (ESA) (SENTINEL 1 à 2). Ces images sont obtenues maximum tous les cinq jours avec une précision attendue au minimum de 10 mètres en Wallonie. Des images d’autres satellites complémentaires, tels que le satellite belge PROVA-V, les satellites Landsat, Pléiades, Planet, Worldview 2, 3, Geoeye1, etc., des images obtenues par système aéroporté ou par drone, ou par capteurs embarqués (de type dashcam) pourront également être utilisées. La pertinence de l’utilisation de différents types d’images (aux résolutions spatiales, spectrales, temporelles, radiométriques différentes) sera étudiée.

  • Recherche technique sur la manière d’automatiser l’intégration des données satellitaires et le développement d’algorithmes permettant d’atteindre les objectifs.

Sur base des résultats de la recherche issus du point (5), les tâches suivantes seront réalisées :

  • Support à l’implémentation de la mise en place opérationnelle de l’intégration de données et des algorithmes développés.
  • Rédaction de documents techniques/rapports finaux.

En parallèle, le CRA-W sera impliqué dans la communication vers le secteur agricole.

  • Appui scientifique et technique à la construction du message qui devra être transmis aux agriculteurs et autres parties prenantes et à la construction et l’analyse d’enquêtes de satisfaction dans le cadre de la mise en place du monitoring. Le CRA-W sera présent en appui scientifique et technique aux campagnes de communications qui seront organisées par le SPW.

Equipe

Emilie BERIAUXAdrien CASSIERSFrançois GODECHALAlban JAGOViviane PLANCHON