26 Juillet 2022

Plateforme SYCMA

Etude de 4 systèmes de culture en maraîchage

sycma2

Contexte

La production de légumes est un secteur en plein développement en Wallonie. Le maintien et l’amélioration de la fertilité du sol ainsi que la gestion des adventices, des maladies et ravageurs font parties des problématiques de fond partagées par l’ensemble des maraîchers en AB, quelles que soient les typologies de ferme.

Une autre question commune concerne le maintien de la matière organique des sols en AB. La compétition augmente pour les fertilisants organiques et ils pourraient venir à manquer. L’azote pourrait ainsi limiter le développement de l’AB.

Les cultures de légumes sont considérées comme exigeantes, déstructurantes pour le sol et restituant peu de carbone à la terre. Même si elles peuvent être des cultures à haute valeur ajoutée, les besoins en intrants et en main d’œuvre sont importants.

Qu’est ce que SYCMA ?

Une expérimentation système dont le but est d’identifier l’impact à long terme des pratiques culturales d’une système de culture (SdC). Un système de culture est l’ensemble des modalités techniques mises en œuvre sur une ou plusieurs parcelle(s) gérée(s). Pour bien étudier l’influence des pratiques, celles-ci doivent être similaires au fil des années durant au minimum 2 à 3 rotations de 6 ans. Il sera ainsi possible de mettre en évidence d’éventuelles améliorations ou dégradations des sols et des cultures au cours du temps en fonction des systèmes de cultures étudiés.

SYCMA, située à Gembloux, évalue 4 systèmes de culture en maraîchage bio qui répondent aux principaux enjeux actuels de ce secteur : allier fertilité du sol, réduction des intrants, rentabilité des cultures et résilience des systèmes, tout en limitant les impacts environnementaux. Mise en place en 2020, cette plateforme est en troisième année de production.

L’objectif des SdC testés est d’arriver à augmenter la circularité des flux d’éléments majeurs tels que le carbone et l’azote, notamment dans des cas d’étude associant intimement maraîchage, élevage, ainsi que des productions de biomasse sous forme de luzernière, de taillis de saules à courte rotation (TCR) et d’une culture de miscanthus.

Dispositif expérimental

Image

Les six années de culture de chaque rotation sont présentes chaque année, et chaque système est répété trois fois dans l’espace. Cela conduit à 72 parcelles expérimentales, arrangées selon un dispositif en split-plot.

Suivi des systèmes de cultures

En cours d’expérimentation, un panel d’indicateurs est suivi dont le rendement des cultures, la qualité des productions, le développement des maladies et ravageurs, les caractéristiques du sol chimiques (éléments majeurs NPK, éléments mineurs Ca, Mg, S, pH), biologiques (matières organiques, micro et macro-organismes tels que mycorhizes, vers de terre) et physiques (état structural, infiltration, compaction). De plus, un bilan économique ainsi qu’un écobilan des pratiques mises en œuvre seront réalisés.

Cette plateforme expérimentale est un support pour des projets de recherche multidisciplinaires dans un esprit d’innovation. Elle est un terrain d’échange et de valorisation des connaissances, œuvrant en réseau avec l’ensemble du secteur.

Objectifs des quatre Systèmes de culture (SdC)

Image

SdC-1 : Polyculture sans élevage. Tendre vers l’autofertilité, sans élevage, en misant sur des intercultures, des cultures d’engrais verts, des apports de matières organiques carbonées fraîches produites localement et une réduction progressive du travail du sol.

 

SdC-2 Polyculture avec élevage. Tendre vers l’autofertilité, grâce aux intercultures, aux prairies temporaires et au fumier de bovins nourris par le système. L’alternance des cultures ainsi que le labour visent à décompacter le sol et limiter les adventices.

 

SdC-3 : Maraîchage de conservation. Intensifier la culture de légumes en s’affranchissant des fertilisants commerciaux grâce à des apports de matières organiques fraîches produites localement (luzerne et saule), des intercultures, la réduction du travail du sol.

SdC-4 : Maraîchage traditionnel. Fournir un système de référence en maraîchage biologique, représentatif de pratiques courantes mise en œuvre dans nos régions. Comme pour chaque SdC, la rentabilité économique fait partie des priorités parallèlement aux autres contraintes de production.

Les rotations culturales par système de culture

Image

L’apport de luzerne fraîche pour fertiliser les cultures légumières est un des leviers agronomiques utilisés. Il vise l’économie en fertilisants commerciaux, en eau et en temps de désherbage.

Image

Equipe

Laurent JAMARVéronique LECLERCQ