18 avril 2016 Jean-Pierre MISSON
Recherche Developpement Culture in vitro Phytotechnie Production végétale u1 article

Contexte

Au cours des trente dernières années, la production d'arbres de Noël s'est fortement développée en Région wallonne, assurant une production annuelle de plus ou moins 6 millions d'arbres dont les trois quarts sont exportés. Les producteurs d'arbres de Noël wallons sont cependant confrontés à une concurrence internationale toujours plus rude. La mise sur le marché d'un arbre de Noël de qualité élevée et homogène constitue certainement pour nos producteurs la meilleure façon de relever ce défi, en assurant la satisfaction du consommateur tout en mettant en exergue la qualité de leur produit. Parmi les arbres de Noël haut de gamme, nous avons privilégié le sapin de Nordmann qui occupe une place de plus en plus importante sur le marché en raison de ses caractéristiques (esthétique, faible perte d'aiguilles) qui en font une valeur sûre.

Objectifs

Nos travaux ont pour objectif de soutenir le secteur de l'arbre de Noël wallon dans ses efforts de qualité et de diversification. Dans le souci d'obtenir des plants de qualité homogène, une première étape a consisté à sélectionner des clones "élites" de sapin de Nordmann et à les fixer par greffage, créant ainsi un verger à graines. [image] L'obtention d'un matériel contrôlé dans des conditions d'environnement précises est intéressante. Elle permet de pallier l'insuffisance de semences pour une provenance donnée, de contrôler parfaitement la récolte et surtout d'éviter les risques de contaminations du site par des transferts de pollens étrangers. Cette démarche s'inscrit dans une filière garantissant l'origine du matériel végétal produit en Wallonie. Parallèlement à l'installation des vergers à graines, nous recherchons les moyens d'accélérer la mise à fleurs des clones élites. Ainsi nous nous basons sur les propriétés de floraison des Abies hyperfloraux et sur l'hypothèse d'une transmission de ces caractéristiques à nos arbres remarquables au moyen de greffage. Si la création de semences dites "synthétiques au sein des vergers à graines peut réduire l'hétérogénéité des sujets, ce n'est que par clonage, c'est-à-dire par multiplication végétative que des parcelles génétiquement homogènes pourront être obtenues, offrant ainsi la possibilité d'une exploitation tout à fait rationnelle. Les premiers essais de bouturage ont porté sur l'origine et l'époque de prélèvement des boutures. Les plus grands espoirs de résoudre les problèmes de multiplication végétative en masse des clones sélectionnés d'Abies nordmanniana reposent toutefois sur les technologies modernes de multiplication "in vitro" et plus particulièrement sur l'embryogenèse somatique. Cette technique de régénération des végétaux est basée sur les capacités qu'ont les cellules à constituer une plante entière (comportant à la fois pousse et racine) au travers de différents stades successifs comparables à l'embryon zygotique. Puisque aucune fécondation n'est impliquée, les plantules qui en sont issues sont en principe génétiquement homogènes et conformes au type parental. Chez le Nordmann, nous pensons que la technique du bouturage viendra compléter judicieusement les techniques modernes de multiplication. Le"caractère" juvénile obtenu par le passage "in vitro " peut être inducteur d’une rhizogénèse plus aisée et il est permis de penser que ce matériel pourrait servir de pieds-mères sur lesquels les producteurs prélèveraient leurs boutures. Des tests clonaux au départ de nos vergers à graines sont également envisagés pour la création de variétés multiclonales.

RĂ©sultats obtenus

Bouturage Deux types de ramets ont été expérimentés : les boutures à bois d'octobre à décembre et de février à avril (semi-dormantes), ainsi que les boutures herbacées de juin. Les boutures prélevées en octobre-novembre et placées au froid (+4°C) pendant 4 à 8 semaines avant leur insertion en tablette nous ont donné 35 % d'enracinement à partir d'ortets de 12 ans. Néanmoins, l'aspect morphologique de la croissance de ces plantes est souvent de type plagiotrope. Une recherche basée sur le rajeunissement des pieds-mères est en cours. Embryogenèse somatique Actuellement, les différentes phases de la culture "in vitro " sont pratiquement maîtrisées à partir de graines matures. Les conditions d'induction des masses embryogènes ainsi que la prolifération et la maturation des embryons somatiques jusqu'à leur germination sont applicables de manière reproductible à différentes lignées réactives. Plusieurs d'entre elles sont en phase de conversion en plantules.[image] Pour propager des types sélectionnés au stade adulte, il convient de prolonger la recherche des conditions d'induction de cals embryogènes à partir de matériel âgé. Les plantules issues d'embryons somatiques seront utilisées pour contourner l’obstacle du facteur génétique. Leurs explants constitueront la référence pour étudier la compétence embryogène et son maintien au cours du vieillissement. Par ailleurs, la cryoconservation qui s'avère nécessaire à la préservation des propriétés embryogènes des lignées "in vitro" est en voie de finalisation. Elle servira à conserver les lignées pendant la période d'observation du comportement des plants au champ (croissance, vigueur, qualité du port….).

Coordinateur (CRA-W)

Equipe impliquée