Quel besoin en valine pour le porcelet recevant un régime à basse teneur en protéines ?

Pierre RONDIA
Partagez :
Quel besoin en valine pour le porcelet recevant un régime à basse teneur en protéines ?

Les contraintes économiques et environnementales poussent à la baisse la teneur en protéines des régimes chez le porcelet dont plusieurs acides aminés (AA) peuvent limiter les performances. Le recours à divers AA de synthèse est fréquent pour pallier ce problème.

Outre la lysine (Lys), méthionine, tryptophane et thréonine dont l’utilisation est courante et bien documentée, la valine (Val) se révèle limitante pour des porcelets recevant un régime à basse teneur en protéines. Les données de la littérature sont toutefois encore peu nombreuses et nécessitent d’être corroborées.

Pour ce faire, des essais ont été réalisés à la porcherie expérimentale du CRA-W, en collaboration avec ORFFA Belgium, afin de valider des niveaux de lysine et de valine limitant la croissance du porcelet nouvellement sevré ingérant des rations pauvres en protéines. Dans un premier temps, il s’agissait de vérifier qu’un niveau de 0,95% de lysine digestible iléale standardisée (SID) et qu’un ratio Val/Lys SID à 60% sont limitants pour le porcelet en post-sevrage (phase 1). Par la suite, un essai dose-réponse à la valine chez le porcelet en post-sevrage a été réalisé pour établir le ratio Val/Lys SID optimisant l’expression du potentiel de croissance (phase 2).

Les essais de la phase 1 montrent qu’un régime à basse teneur en protéines et déficitaire en lysine et valine limite les performances des animaux, celles-ci étant améliorées si un complément en ces acides aminés est apporté au régime. Un niveau de 0,95% de lysine SID dans l’aliment associé à un ratio de Val/Lys SID fixé à 60% limite donc les performances des porcelets recevant un régime pauvre en protéines. L’essai dose-réponse à la valine de la phase 2 précise le ratio optimal Val/Lys SID pour permettre l’expression du potentiel de croissance des animaux dans de telles conditions. L’application d’un modèle statistique de type curvilinéaire-plateau sur les performances (gain de croît et indice de consommation) chiffre le ratio Val/Lys SID à 69,2%, soit une valeur proche de celle mentionnée dans la littérature (70%).

L’étude a permis de valider le niveau de valine nécessaire pour optimiser la croissance des porcelets recevant un régime à basse teneur en protéines.

Partagez cet article

Sur le même sujet