Déjà 50 ans d’activités en culture in vitro au CRA-W
7 mars 2017 Pascal GEERTS
Culture in vitro CRA-W info

L’expertise du CRA-W comme laboratoire de référence en culture in vitro s’est construite au fil des décennies et nous permet, toujours actuellement, de développer les applications recherchées par la profession et de répondre aux objectifs stratégiques de la Wallonie.


Sous l'impulsion de Philippe BOXUS, s'est créé au milieu de années 1960 un modeste laboratoire de culture 'in vitro". Ce dernier est très vite devenu avec une équipe scientifique toute dévouée à la recherche dans un domaine presque inexploré, une référence incontestable de niveau mondial.

L'objectif était l’élimination de virus par culture de méristèmes. Les résultats sur fraisier conduisent très vite à une application inattendue : le clonage de végétaux par la micropropagation. Le processus, immédiatement breveté, est associé à une contribution active du laboratoire aux premiers développements européens de productions à grande échelle. En parallèle, se développe une approche englobant toutes les espèces ligneuses fruitières et apparentées de la famille des Rosacées qui aboutit dans les années 80 aux productions de porte-greffes de pommiers, de cerisiers, de pruniers,... et de merisiers en multiclonale. Suit alors, l’époque de la diversification et du transfert de technologies pour des variétés saines, nouvelles ou difficiles à propager. Souvent, celles-ci ciblaient les vitroplants comme pieds-mères pour les multiplications végétatives classiques.

Le laboratoire est progressivement devenu une référence à l’échelon mondial en ce qui concerne la production de masse en respect de la conformité pour divers végétaux de qualité supérieure d’origines tempérées ou tropicales. Des travaux sont menés sur divers fruitiers (mûrier, groseillier, framboisier, caroubier, noyer, noix de cajou, cacaoyer, ananas, bananier) ainsi que sur plantes maraîchères (chicon, pomme de terre, artichaut, rhubarbe, estragon), espèces forestières (aulne, bouleau, érable, frêne, chêne, chêne-liège, alisier, peuplier, orme, noyer, marronnier, eucalyptus, Terminalia, acacia, cyprès) ou plantes ornementales (pétunia, géranium, primevère, impatience, rosier, cyclamen, rhododendron, sapins de Noël).

Plusieurs dizaines de milliers de plants étaient produits annuellement en vue de valider la capacité d’adaptation industrielle des technologies et d’encadrer la résolution des problèmes rencontrés aux transferts. Des plantations réalisées, la multiclonale de merisiers wallons datant des années 85 à 95  constitue un exemple de longévité.

Le laboratoire fut le premier à découvrir l’embryogenèse somatique chez les Prunus. Il contribua à faire progresser celle du caféier, du sapin de Nordmann ou du froment et à établir des techniques de bourgeonnement adventif performantes pour créer de la diversité génétique. La maîtrise de la compétence à la régénération s’est améliorée jusqu’au niveau cellulaire avec l’obtention de protoclones (plantes issues de protoplastes) et les succès préliminaires à l’hybridation somatique.

Actuellement, la CIV reste impliquée dans l’approvisionnement en élites de sapin de Noël, d’asperges ou d’espèces ornementales diverses.  Elle s’intègre davantage à des projets de recherches pluridisciplinaires ciblant les techniques d’amélioration génétique modernes (variation somaclonale,  cisgenèse : projet GEREPHYTI), la qualité nutritive de l’alimentation animale et humaine (projet PHYTOHEALTH), les biostimulants ou la préservation des sols vis-à-vis de pollutions (projet SOLINDIC).


Mise Ă  jour 16 mars 2017