Exposition de populations wallonnes aux pesticides environnementaux

Le projet a pour objet de fournir une première évaluation de l’exposition environnementale (non alimentaire) de la population wallonne aux pesticides. Dans une première phase, le projet évaluera l’exposition des wallons par inhalation aux pesticides présents dans l’air ambiant. Dans un deuxième temps, le projet visera à évaluer l’influence d’une zone d’agriculture intensive sur l’exposition aux pesticides d’une population d’enfants. Dans cette deuxième phase, l’exposition sera évaluée de manière plus précise, à l’aide de mesures environnementales, de questionnaires et de biomarqueurs d’exposition. Les risques pour la santé seront caractérisés, sur base d’une analyse des données toxicologiques et épidémiologiques de la littérature.


Contexte

Chaque année de grandes quantités de pesticides sont utilisées par les agriculteurs, les horticulteurs, les entreprises d’entretien de parcs et jardins, les transports publics et autres professionnels. Mais les particuliers ont aussi accès à différents pesticides utilisés dans les jardins et dans les habitations.  Les pesticides sont donc omniprésents dans l’environnement et dans les lieux de vie engendrant l’exposition des populations par ingestion d’eau et d’aliments contaminés, par inhalation et par contact cutané lors de l’utilisation des pesticides ou lors de contact avec des surfaces contaminées.

Depuis les années 80, plusieurs études scientifiques relient l’exposition aux pesticides à des effets sanitaires graves tels que cancers, troubles neurologiques, effets sur les fonctions reproductrices et le développement et des perturbations endocriniennes.

En Wallonie, l’eau et l’alimentation font l’objet de contrôles réguliers.  Par contre, les concentrations en pesticides ne sont pas mesurées dans l’air ambiant (extérieur et intérieur) en Région Wallonne.  Pourtant, des études menées en Amérique du Nord et dans certains pays européens (France, Espagne, Luxembourg,…) montrent la présence de pesticides dans l’air ambiant, que ce soit en ville ou à la campagne, dans l’air extérieur ou intérieur.

Ce projet s’inscrit pleinement dans le cadre de :

  • la Directive 2009/128/CE qui instaure un cadre d’action communautaire pour parvenir à une utilisation des pesticides compatibles avec le développement durable ;
  • l’action 4.1 du Plan Wallon de Réduction des Pesticides (PWRP, 2013) qui préconise de «développer les connaissances relatives à l’exposition externe / interne de groupes à risque de par leurs activités professionnelles, l’activité professionnelle de leur entourage familial et leur environnement de vie, ainsi qu’aux effets chroniques de ces expositions».

Objectifs

L’objectif global du projet EXPOPESTEN est de développer une approche multidisciplinaire pour contribuer à comprendre l’exposition environnementale (non alimentaire) et les risques liés à l’exposition des wallons aux pesticides.

L’objectif global se décline en deux objectifs spécifiques :

Le premier objectif spécifique est d’évaluer l’exposition des wallons aux pesticides par inhalation, à l’échelle de la Wallonie.  Ce premier objectif est une approche régionale de l’exposition basée sur des mesures de pesticides dans l’air extérieur. L’air ambiant est échantillonné par période de 14 jours en 12 stations d’échantillonnages réparties sur l’ensemble de la Wallonie.  Ces stations d’échantillonnages ont été placées à proximité de zones agricoles, en milieu urbain, en zones d’utilisation « nulle » de pesticides, …  Les résultats des mesures de concentration en pesticides dans l’air ambiant permettront de déterminer l’exposition, quantitative et qualitative, moyenne des populations urbaines et rurales aux pesticides sur l’ensemble d’une année.

Le deuxième objectif spécifique est de comparer l’exposition environnementale et globale aux pesticides de deux populations d’enfants : une population d’enfants habitant en zone rurale éloignée de zones d’épandages agricoles et une population d’enfants vivant dans une zone géographique soumise à des épandages agricoles fréquents.  Ce deuxième objectif est une approche locale qui vise une détermination plus précise de l’exposition.  Les pesticides analysés dépendront des résultats de la première phase.  L’exposition environnementale par inhalation sera évaluée sur base de données de mesure dans l’air extérieur et dans les lieux de vie des enfants.  Des mesures plus spécifiques de l’exposition individuelle pourront également être réalisées (exposition aux pesticides par contact cutané via dosage des pesticides sur les mains des enfants, poussières intérieures via les poussières d’aspirateur, etc.).  Des données seront également collectées à l’aide de questionnaires destinés à appréhender les sources, les durées et fréquences d’exposition personnelle de chaque enfant.  Enfin, l’exposition globale interne sera mesurée au moyen de biomarqueurs d’exposition.

Résultats attendus

Ce projet permettra d’apporter des réponses sur l’exposition quantitative et qualitative moyenne des populations urbaines et rurales aux pesticides, sur les variations temporelles et spatiales de l’exposition, sur le niveau d’exposition des enfants aux pesticides environnementaux, sur les niveaux d’exposition dans des populations localisées dans des environnements contrastés (proximité ou non des épandages agricoles), et sur les risques liés à ces expositions.

Résultats obtenus

Les pesticides à analyser dans l’air ont été sélectionnés sur base de plusieurs critères : probabilité de présence dans l’air ambiant sur base de leur propriété physico-chimique (volatilité), usages (quantités vendues et utilisées, surfaces traitées, types de cultures,…), toxicité aigüe et chronique, présence environnementale (détection dans différentes études, concentrations détectées, méthodologies disponibles,…).

Les méthodes d’échantillonnage et d’analyses chromatographiques ont été développées par l’ISSeP et le CRA-W pour déterminer 26 pesticides par LC-MS/S et 25 pesticides par GC-MS/MS respectivement.

Les échantillons d’air ont été prélevés à partir de juin 2015 et sont en cours d’analyse.

Contribution

Le Work Package 3 (WP3) du projet est réalisé en partie par le CRA-W et porte sur le développement et la validation d’une méthode d’analyse multi-résidus par GC-MS/MS et l’analyse de 26 pesticides dans 230 échantillons d’air prélevés en Région Wallonne.  Le CRA-W est également impliqué dans le Work Package 5 (WP5) portant sur l’évaluation de l’exposition aux pesticides de deux populations situées dans des zones d’exposition contrastées, par l’analyse de pesticides dans des matrices environnementales.  Le CRA-W apporte aussi son expertise en matière de propriétés physico-chimique et toxicologique, d’usage et d’homologation des pesticides.

Coordinateur (CRA-W)

Coordinateur hors CRA-W

Arnaud GIUSTI Suzanne REMY Institut Scientifique de Service Public (ISSeP) Direction des Risques Chromiques Cellule Environnement et Santé Rue du Chéra, 200 B-4000 Liège BELGIQUE Tél. +32 (0)4 229 83 87 Fax +32 (0)4 252 46 65 Email. a.giusti@issep.be; s.remy@issep.be

Equipe impliquée

Partenaires

  • Institut Scientifique de Service Publique (ISSeP).
  • Université de Liège (ULg) – Service de toxicologie.
  • Comité Régional Phyto (CRP).