Influence des bilans énergétiques et CO2 sur les filières d’approvisionnement en biomasse pour des projets d’énergie verte
17 août 2005 Jean-François VAN BELLE
Recherche Biométrie Energies article

Contexte

La mise en œuvre des politiques de réduction des émissions de CO2 fossiles codifiée dans le protocole de Kyoto entraîne le développement récent de nombreux projets d’énergie verte. Parmi ceux-ci, contrairement à l’éolien ou à l’hydro-électrique, la biomasse joue un rôle à part en ceci qu’elle n’est pas considérée comme totalement neutre. En effet, elle occasionne des émissions lors des opérations de production, récolte, transport et conditionnement.
Les avantages relatifs des projets de bioénergie sont donc soumis à un effet de levier conditionné par les bilans CO2. Il apparaît que ceux-ci présentent une très grande variabilité qui amplifie encore l’effet de levier.
Il semble donc que le choix d’un projet d’énergie verte, de sa source de biomasse et de sa filière d’approvisionnement peut être fortement influencé par ces bilans. Cette étude a pour objectif de prouver cette hypothèse et d’en identifier les mécanismes.

Objectifs

Mettre en évidence l’influence des bilans énergétiques et CO2 sur le choix des filières d’approvisionnement en biomasse pour des projets d’énergie verte par modélisation des filières et de leurs bilans CO2.

Description des tâches

- Evaluation de la ressource en biomasse – modélisation ;
- détermination des filières de mobilisation – stratégie techno-économique ;
- bilans énergétiques et CO2 des filières d’approvisionnement – modélisation ;
- optimisation et analyse de sensibilité économique des filières d’approvisionnement dans le cadre du marché du carbone.

Résultats attendus

Ce travail fait l’objet d’une thèse de doctorat encadrée par le Professeur Rolf Bjorheden de l’Université Polytechnique de Vaxjö (Suède).
Le centre a investi dans une nouvelle unité pilote de récolte du bois pour l'énergie (ce poste joue souvent un rôle primordial dans le bilan et est éminemment variable).
Divers équipements de mesures ainsi qu'un logiciel spécialement développé pour l'occasion permettent d'analyser avec une grande précision les flux d'énergie et de CO2 en jeu.

Résultats obtenus

L’étude et l’optimisation de filières d’approvisionnement de centrales électriques au bois sur la Wallonie a permis de définir des stratégies optimales de mobilisation. Des trois filières types obtenues, il a été calculé que la moins mécanisée avait un taux d’émissions de CO2 de 64,4 kg par tonne de matière sèche alors que la plus intensive en capital émettait 43,5 kg. Des expériences sur banc d’essai ont montré une influence du diamètre initial du biocombustible sur les émissions se marquant en dessous de 7 cm de diamètre.

Coordinateur (CRA-W)

Equipe impliquée

Partenaires

Agence Internationale de l’Energie, Texas A&M University (USA), Växjö University (Suède), Canadian Forest Service (Canada), CSIRO Forestry and Forest Products (Australie), Danish Forest and Landscape Research Institute (Danemark), Norwegian Forest Research Institute (Norvège), USDA Forest Service (USA), Vandaele