EO4AGRI, la surveillance satellitaire de la terre pour un meilleur suivi agricole

satellite

Le CRA-W est impliqué dans le processus de réflexion sur l’amélioration des capacités de suivi agricole du programme européen de surveillance de la Terre – « COPERNICUS ».

« Copernicus » est le programme d’observation de la Terre de l’Union européenne (UE). Il fournit des données en temps quasi réel au niveau mondial, utilisées également pour les besoins locaux et régionaux, permettant d’aider à mieux comprendre notre planète et à établir des stratégies de gestion durable de notre environnement. L’accès aux données et informations « Copernicus » est ouvert et gratuit.

L’agriculture représente environ 40% de la superficie totale de l’UE et 43,5 % de la Wallonie. Elle constitue donc une des principales applications du Service de Surveillance Terrestre « Copernicus ».

EO4AGRI , projet financé par le programme européen H2020, regroupe plusieurs partenaires actifs et reconnus à l’échelle européenne et mondiale (http://eo4agri.eu/). Les objectifs de ce projet sont :

  • synthétiser les capacités opérationnelles actuelles du programme « Copernicus » dans le domaine agricole pour les agriculteurs et les entrepreneursagricoles, pour les compagnies d’assurance, pour la Politique Agricole Commune (PAC) au niveau de l’UE et en terme de sécurité alimentaire au niveau global ;
  • analyser les besoins en terme d’imagerie spatiale et données de terrain à l’échelle locale, régionale et globale ;
  • proposer des solutions pour améliorer les capacités de suivi agricole de « Copernicus ».

 

Dans ce projet, le CRA-W a la responsabilité de l’action concernant « l’estimation et prévision des rendements agricoles » et participe aux actions relatives à « l’agriculture de précision, la sécurité alimentaire et la PAC ». Cette implication est à mettre en lien avec d’autres projets de recherche du CRA-W utilisant les données satellitaires : SAGRIWASENT , CARTOFOR , BCGMS , BELCAM , UAVSOIL , etc.

Le besoin des données de terrain pour calibrer, valider les différents modèles et/ou images satellites est considéré comme prioritaire pour la majorité des applications en agriculture, de l’échelle locale jusqu’à l’échelle globale. Parmi les autres possibilités d’améliorer la capacité de suivi agricole de « Copernicus », nous trouvons enfin : une résolution spatiale plus fine pour les satellites météorologiques, une meilleure interopérabilité avec les capteurs météo terrestres, une disponibilité des données thermiques et une meilleure utilisation des images radar et hyperspectrales.

Partagez cet article