• Suivez-nous

21 Septembre 2021

Va-t-on voir des robots de désherbage dans les champs ?

robot

Le CRA-W évalue les possibilités de robotisation et d’automation du désherbage mécanique. Ces technologies sont-elles matures et adaptées au maraîchage en Wallonie ?

La lutte contre les adventices est un enjeu majeur en production végétale, d’autant plus grand en maraîchage biologique où le désherbage est mécanique, chronophage et parfois manuel. La disponibilité de la main d’œuvre étant faible et son coût élevé, le désherbage mécanique fait donc face à un frein financier.

L’apparition sur le marché des robots de désherbage, mécaniques et autonomes, permettrait de s’affranchir de l’utilisation d’herbicides et de diminuer la main d’œuvre pour des tâches pénibles.

Des robots de désherbage sont déjà commercialisés, mais leur essor reste limité en raison de nombreux freins comme le prix élevé, l’efficacité, la fiabilité, l’adaptabilité au territoire wallon ou encore le manque de retour d’expérience.

L’objectif du projet est de répondre aux questions du secteur

Il est donc nécessaire pour promouvoir ces nouvelles technologies de, dans un premier temps, les étudier, les évaluer et les valider dans les conditions régionales. La seconde étape sera de diffuser les résultats obtenus, organiser des démonstrations et finalement, mettre à disposition, auprès d'agriculteurs/maraîchers, ces outils afin de construire pas à pas leur appropriation.

Pour le moment, les essais visent à évaluer les performances d’autonomie, de déplacement, d’efficacité et de flexibilité des robots (pente, dévers, luminosité, culture…). Ils sont réalisés au CRA-W (en maraîchage et grandes cultures), mais également chez des agriculteurs pionniers associés au projet. Une évaluation socio-économique sera également réalisée en tenant compte des coûts d’investissement et de fonctionnement, de l’ergonomie, de la pénibilité de travail, …

In fine, l’objectif est de dresser un bilan de maturité de ces technologies ainsi qu’une carte d’identité des robots afin de conseiller les agriculteurs en fonction de leur besoin.

 

 

Partagez cet article